Economie

Mutandis en Bourse: Un industriel pour réveiller le marché

Par Franck FAGNON | Edition N°:5395 Le 19/11/2018 | Partager
A 180 DH l’action, le groupe valorisé à 1,2 milliard de DH
Les souscriptions prévues du 3 au 7 décembre
Deuxième introduction de l’année à la cote
mutandis_095.jpg

 Le groupe dont la signature est «accélérateur de marques» a réussi en quelques années à relancer des marques en décadence

Celà ne pouvait pas mieux tomber. L’introduction en Bourse de Mutandis, prévue le 18 décembre, permettra pendant un moment de rompre la léthargie dans laquelle s’est plongé le marché depuis plusieurs mois. La physionomie de la place n’a pas refroidi les dirigeants de l’entreprise, confortés par les discussions avec les professionnels du marché et les institutionnels.

«Nous pensons que l’essentiel de la baisse du marché est derrière nous», indique Adil Douiri, fondateur et gérant de Mutandis, lors de la présentation de l’IPO vendredi 16 novembre.

Attendue depuis au moins trois ans, l’entrée en bourse du groupe spécialisé dans les biens de consommation courante s’effectuera par augmentation et cession de capital pour un montant de 400 millions de DH. L’industriel va lever 215 millions de DH via l’augmentation de capital.

Le groupe Holmarcom (détenant 7,3% du capital) et le fonds d’investissement espagnol Inversiones Freira (7,9%) vont, eux, céder leurs participations à 185 millions de DH. Ces transactions valorisent Mutandis, conseillé par CFG Bank et Société Générale, à 1,2 milliard de DH, soit 180 DH l’action. Les souscriptions sont prévues du 3 au 7 décembre 2018.

L’adéquation de la valorisation et des conditions de marché au moment de l’introduction est une composante essentielle dans la réussite d’un IPO. Son succès suppose aussi d’avoir un projet attractif à vendre aux investisseurs. Le groupe qui a la confiance de grandes signatures (BMCE Bank, RMA, Banque Populaire, Amethis Maghreb Fund, Label Vie…) ne manque pas d’arguments pour convaincre de nouveaux investisseurs, dont le grand public, à le soutenir dans son développement au Maroc et à l’international.

Présent dans les détergents, les produits de la mer, les bouteilles alimentaires et les jus de fruits, Mutandis qui se veut un « accélérateur de marques» a réussi en quelques années à relancer des marques en décrépitude. Le groupe va reposer sa croissance sur notamment  la diversification et le développement de son offre dans l’hygiène en général.

mutandis_2_095.jpg

En souscrivant à l’IPO de Mutandis, les investisseurs ont une opportunité de s’associer à un groupe intégré qui réalise une croissance régulière dans un secteur-clé de l’économie

«Nous avons des catégories dans lesquelles nous avons 15%, 30% de part de marché et d’autres où nous sommes absents dont la poudre et la lessive liquide pour machines à laver, le lave vitre...Nous allons grandir en créant de nouvelles catégories», explique le gérant de Mutandis. Sur les conserves de poissons notamment, l’industriel compte investir sur des produits à plus forte valeur ajoutée. La migration des produits d’entrée de gamme vers d’autres plus élaborés va ouvrir des opportunités sur de nouveaux marchés.

Le groupe qui pèse 1,3 milliard de DH de chiffre d’affaires, réalise 34% de ses revenus à l’international dont 17% en Afrique et 13% en Europe. Le reste est réparti entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient. Mutandis vend dans 25 pays africains et le potentiel dans cette région est significatif.

L’introduction de l’ensemble de la gamme de produits dans les différents territoires permettra d’accroître les revenus issus du continent. Le groupe étudie même la possibilité d’installer des usines de fabrication de détergents et de bouteilles alimentaires dans l’un des marchés dans un premier temps. Aujourd’hui, le groupe possède 9 usines toutes installées au Maroc.

L’efficacité des investissements tient aussi à l’existence d’un réseau de distribution dense. Les produits de Mutandis sont commercialisés dans 35.000 épiceries. L’objectif est de doubler le réseau de distribution, même si le travail est ardu et prendra plusieurs années. L’industriel a mis dix ans pour constituer son réseau actuel.

L’introduction en Bourse servira à financer en partie les investissements. En même temps, cette démarche aura un effet bénéfique sur les conditions de financement de l’entreprise sur les autres compartiments. Pour les investisseurs, c’est une opportunité de s’associer à un groupe complètement intégré qui réalise une croissance régulière dans un secteur-clé de l’économie. L’action devrait délivrer un rendement régulier.

F.Fa  

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc