Competences & rh

Audit et conception de SI: L’ISGA lance un master inédit

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5377 Le 23/10/2018 | Partager
L’école d’ingénieurs propose une double diplomation avec l’université de Lorraine
Une formation alliant audit, informatique et management
Forte expatriation des lauréats!
lisga_audit_et_conception_de_si_077.jpg

ACSI est le deuxième parcours inédit proposé par l’ISGA cette année, après le master en Cyber-Défense et Sécurité de l’Information, ouvert à la rentrée. L’école propose au total trois spécialités en informatique et quatre en management. Ses cinq campus accueillent près de 1.700 étudiants (Ph. Privée)

MIAGE. Ce sigle ne vous parle sans doute pas, mais en France, il s’agit d’un parcours très prisé de Méthodes informatiques appliquées à la gestion d’entreprise, géré par un réseau de 20 universités. L’ISGA propose cette spécialité alliant management et informatique depuis près de 10 ans, en partenariat avec l’université de Lorraine. Cette année, pour la première fois, l’école d’ingénieurs lance une filière inédite au Maroc en MIAGE, le master Audit et conception des systèmes d’information (ACSI).

«Aujourd’hui les entreprises sont toutes informatisées. Un auditeur classique ne saurait correctement évaluer un système d’information, tandis qu’un informaticien ne pourrait maîtriser les méthodes d’audit. La spécialité ACSI permettra donc de former des profils combinant les deux compétences», explique Khalid Benzakour, DG de l’ISGA.

Le cursus est ouvert aux bac+2 ou plus (avec une validation des acquis professionnels), ainsi qu’aux titulaires d’un bac+4  en management ou en informatique. Le master débouche sur un double diplôme, en ACSI de l’université de Lorraine, et en informatique de l’ISGA.

Le 25 octobre prochain, une formation sera assurée au profit des candidats par le directeur MIAGE de l’université de Lorraine, de 10H à 17H. Le test d’admission sera organisé le même jour à 18H. Il portera sur l’algorithmique, les bases de données et la logique. Les cours démarreront le 31 octobre. Les débouchés sont multiples: Auditeur informatique ou de SI, administrateur de bases de données, consultant, architecte de SI…

«L’embauche est garantie à 100%, généralement à l’issue du stage de fin d’études», assure Benzakour. «Surtout en ce moment de surchauffe, où les informaticiens sont très sollicités, notamment à l’international. Il existe actuellement une pénurie dans le secteur et beaucoup d’entreprises ont du mal à retenir leurs employés», poursuit-il. 

A l’instar d’autres écoles d’ingénieurs, l’ISGA a dernièrement relevé un fort mouvement d’expatriation de ses lauréats, surtout vers le Canada (voir L’Economiste N°5367 du 9 octobre 2018), dont des diplômés d’il y a 10 ou 15 ans. «Ce n’est généralement pas une question de salaire. Au Maroc, ils ont l’impression de stagner et de n’utiliser qu’un petit pourcentage de leur potentiel. Quand des opérateurs étrangers leur proposent un plan de carrière avec des possibilités d’évolution claires, ils foncent», pense le directeur de l’ISGA.

C’est en partie en raison de l’absence d’un environnement de travail stimulant, et des défaillances en matière de politique RH, qu’ils décident de partir. Afin de garder leurs talents, les employeurs marocains ont tout intérêt à se remettre en question.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    courrier@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc