Culture

«Lettres du Maghreb»: Oujda, capitale régionale du livre

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5368 Le 10/10/2018 | Partager
Une 2e édition avec quelque 40.000 personnes attendues
Tables rondes, ateliers, spectacles autour de l’universalité
salon-du-livre-oujda-068.jpg

Quelque 200 intellectuels issus du Maghreb, d’Europe et d’Afrique sont attendus à Oujda, la capitale de l’Orientale, sacrée cette année «Capitale de la culture arabe» par l’Organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences.

«Lettres du Maghreb», la deuxième édition du salon maghrébin du livre, qui se tient dans la ville du 18 au 21 octobre, a choisi un thème complexe et ambitieux à la fois: «Réinventer l’universel». «Il ne s’agit pas de créer l’universalité, mais de la remettre en perspective à partir des contributions de penseurs.

Loin des réponses admises sans conviction qui rassurent sans convaincre, nous voulons disséquer les conventions autoproclamées aux vérités unilatérales toutes faites qui, souvent, fondent les inégalités, la force des riches et les déchirures du monde, ou servent d’alibi à des particularismes destructeurs, des idéologies de haine violentes, dévastatrices et expansionnistes», déclarent les co-commissaires de l’événement qui sont Driss Khrouz et Jalal El Hakmaoui.

Poètes, romanciers, nouvellistes, conteurs, dramaturges, mais aussi éditeurs et représentants d’institutions régionales se donnent rendez-vous dans les couloirs du salon et les espaces aménagés au sein du Grand théâtre Mohammed VI pour une trentaine de tables rondes autour de 7 thèmes constituant l’armature du salon.

Quelque 30 éditeurs, dont la moitié issue du Maghreb, seront présents. Après le Sénégal, c’est au tour de la Côte d’Ivoire d’être l’invitée d’honneur de cette édition, inscrivant l’évènement dans une dimension internationale: maghrébin par essence et jusque dans son intitulé, africain par ses participants et son invité d’honneur, européen notamment par les éditeurs étrangers qui s’intéressent à nos littératures et, enfin, universel par le thème permettant aux participants des tables rondes d’exprimer, sous différentes approches, leur vision des apports de nos identités culturelles à la construction de la civilisation universelle.

Parmi les moments phares de la manifestation, la présence du ministre palestinien de la Culture qui participera à la cérémonie d’inauguration, des conférences, notamment celles d’Ahmed Toufiq, ministre des Habous et des Affaires islamiques, de Fathallah Oualalou, ex-argentier du Royaume, dont le dernier ouvrage vient d’être primé au Salon international du Livre de Pékin, Jean-Paul Aimetti, professeur émérite au Centre national des arts et métiers français…

Des spectacles sont également prévus, notamment avec le slameur-poète, dit «Capitaine Alexandre», lauréat du prix Louis Guilloux 2018. 4 hommages seront rendus à Mahmoud Darwich, grand poète palestinien, à Bernard Dadier, écrivain ivoirien, chantre de l’indépendance de son pays qui ne cessa jamais d’écrire, à Touria Chaoui, aviatrice marocaine d’exception prématurément et tragiquement disparue, et à Abdelwahab Meddeb, natif de Tunis, écrivain protéiforme, adepte du soufisme et essayiste de grand talent.

Les enfants auront également leur propre espace avec «L’enfance du livre», un véritable salon à l’intérieur du salon, avec son autonomie et son identité propre. Ateliers d’éveil culturel, sensibilisation au théâtre et aux patrimoines, expérimentations sur les thèmes de l’eau et du recyclage, production de maquettes, contes et histoires fantastiques seront au programme.

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc