Entreprises

Un financement européen pour l’Université Euromed

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5367 Le 09/10/2018 | Partager
Plus de 13 millions d’euros accordés par la BEI
Objectif: bâtir un campus à la fine pointe de la technologie

Jeune de quelques années, l’Université Euromed de Fès (UEMF) continue son cheminement vers une formation d’excellence, boursière et sociale, résolument tournée vers les nouveaux métiers et vers l’économie verte. Grâce à un financement européen contracté, le 3 octobre dernier, par la Banque européenne d’investissement (BEI), une nouvelle impulsion est donnée à la construction et l’équipement de l’éco-campus.

Signés par Anna Barone, représentante de la BEI et Mostapha Bousmina, président de l’UEMF, sous les auspices de Mohamed Benchaâboun, ministre de l'Economie et des Finances du Maroc, et en présence de Claudia Wiedey, Ambassadeur de l'Union européenne au Maroc, les accords de financement portent sur une enveloppe de plus de 13 millions d’euros (148 millions de DH).

Ils interviennent dans le cadre d’un mécanisme particulièrement innovant, appelé la facilité d’investissement pour le voisinage (FIV), et dont un des objectifs est de financer des investissements dans des projets clés d’infrastructures sous la forme de subventions qui viennent en complément des prêts accordés par les institutions financières européennes.

Rappelons qu’en 2017, la BEI avait en effet octroyé un prêt de 70 millions d’euros à l’Université Euromed de Fès avec des conditions de financement optimales grâce à sa notation AAA, et l’UE un don de 5 millions d’euros. «Ces fonds permettront la construction et l'équipement de l'éco-campus qui respecte les normes internationales et les exigences du développement durable», explique Bousmina.

A faible empreinte carbone, cet éco-campus sera, entre autres, accessible aux personnes à mobilité réduite, et permettra à plus de 18 nationalités issues des différents pays des deux rives de la Méditerranée de se côtoyer et de construire ensemble un futur commun, et ce en parfaite adéquation avec les missions qui ont été assignées à l'UEMF par le Souverain, à savoir être une plateforme de dialogue, d'échange et de coopération entre le Nord et le Sud de la Méditerranée avec un prolongement vers l'Afrique subsaharienne, ajoute le président de l’UEMF.

Anna Barone, représentante de la BEI au Maroc, se dit «fière» de pouvoir contribuer à nouveau, grâce aux fonds de l’UE, au développement de l’UEMF, qui occupe une place essentielle dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche au Maroc. «La vocation interculturelle de cette université et sa disposition à nouer des partenariats avec d’autres établissements universitaires du bassin méditerranéen en font un acteur académique clef pour la région», ajoute la responsable de la BEI.

Même son de cloche auprès de Claudia Wiedey, Ambassadeur de l'UE au Maroc, qui «espère que plusieurs promotions d'étudiants de tous horizons (Méditerranée, Afrique subsaharienne, Europe) sortiront de l'Université Euromed, nourris des valeurs de tolérance entre les peuples, enrichis des vertus de l'interculturalité et forts des compétences les plus utiles tant pour le marché du travail local qu'international».

Echanges Nord-Sud

Créée à l'initiative du Roi, l'UEMF est une institution d'utilité publique à but non-lucratif qui se veut un cadre académique et culturel basé sur l'échange et la coopération entre le Nord et le Sud de la Méditerranée. Elle est dotée de la fine pointe de la technologie afin de former les générations de demain, assurer une coexistence euro-méditerranéenne et une ouverture internationale.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc