Politique

Chambre des conseillers: Benchamach fixe les priorités

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5363 Le 03/10/2018 | Partager
Des «rencontres thématiques» avec les partis représentés au Parlement
Réunion avec les syndicats sur le Conseil national du dialogue social
chambre_des_conseillers_hakim_benchamach_063.jpg

Hakim Benchamach, président de la Chambre des conseillers, se prépare aux élections de renouvellement des structures à mi-mandat. Pour l’instant, il semble seul en course, en l’absence d’un concurrent soutenu par les partis de la majorité (Ph. Bziouat)

A une semaine de l’ouverture de la session parlementaire d’octobre, le président de la Chambre des conseillers annonce la couleur. Hakim Benchamach, en course pour se maintenir à la tête de la 2e Chambre, dans le cadre du renouvellement des structures à mi-mandat, semble en campagne.

Il a annoncé qu’il tiendra une série de réunions thématiques avec les patrons des partis de la majorité et de l’opposition, représentés au Parlement, dès l’ouverture de la session. L’objectif est d’identifier les dossiers pouvant faire l’objet d’une coopération entre les groupes parlementaires. Pour le mode opératoire, Benchamach veut caler les discussions sur les priorités fixées par chacun des partis.

L’une des premières rencontres devra être tenue avec le Mouvement populaire, qui vient de tenir son Congrès national, qui s’est soldé par la réélection de Mohand Laensar. Deux dossiers feront l’objet des discussions entre la direction du MP et le président de la 2e Chambre. D’abord, les problèmes du monde rural.

L’objectif est de «proposer des initiatives pratiques, à même de résoudre les problèmes dont souffre le monde rural, essentiellement la pauvreté et la faiblesse des infrastructures. Les discussions avec le MP porteront également sur le processus d’officialisation de l’amazigh. Le MP, mais aussi le PAM, présidé par Benchamach, sont traditionnellement sensibles à cette question.

Le président de la Chambre des conseillers n’a pas annoncé les dossiers à l’ordre du jour avec les autres formations. Le PJD, dont les relations sont exécrables avec le PAM, va-t-il également participer à ces rencontres? Le patron du PAM a critiqué à plusieurs reprises la faiblesse des initiatives sociales du gouvernement dirigé par le PJD.

Il a également défendu la mise en place d’une instance, baptisée Conseil national du dialogue social. Elle sera chargée du suivi des dossiers sociaux et de définir les priorités à inscrire à l’ordre du jour du dialogue social. Benchamach veut impliquer les centrales syndicales représentées à la 2e Chambre pour appuyer sa proposition.

Pour mobiliser les syndicats, il a tenu une rencontre avec Miloudi Moukharik, patron de l’UMT, suivie d’autres réunions avec les dirigeants des autres centrales ainsi que ceux de la CGEM. 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc