Competences & rh

L’Université privée de Fès élargit son offre

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5352 Le 18/09/2018 | Partager
De nouveaux cycles ingénieurs pour la rentrée 2018-2019
60% des cours assurés par des enseignants permanents
mohamed_aziz_lahlou_052.jpg

Mohamed Aziz Lahlou, président de l’UPF: «Notre université encourage des projets de recherche en phase avec les stratégies et les visions des collectivités, de la ville, de la région et du pays» (Ph. YSA)

Fraîchement reconnue par l’Etat, l’Université privée de Fès (UPF) lance de nouvelles filières accréditées. Son président, Mohamed Aziz Lahlou défend un projet visant «l’excellence académique au service du développement régional». Dans cet entretien, il revient également sur sa vision pour la recherche scientifique et ses partenariats à l’international.

- L’Economiste: L’UPF a récemment obtenu la reconnaissance de l’Etat, qu’est-ce que cela représente pour vous?
- Mohamed Aziz Lahlou:
L’Université Privée de Fès (UPF) a engagé depuis deux ans un processus d’amélioration de son organisation et de son fonctionnement, aussi bien sur le plan administratif que scientifique et pédagogique. Au niveau de la gouvernance, l’UPF s’est dotée d’un nouvel organigramme. La gestion administrative et pédagogique de l’université a été confiée au conseil de l’université et aux conseils scientifiques des établissements. Un conseil de gestion et un deuxième de coordination l’assistent dans ses missions.
Sur le plan des ressources humaines, un effort considérable a été consenti pour renforcer le staff administratif et les équipes pédagogiques. L’objectif d’assurer au moins 60% des cours par des enseignants permanents, dont au moins 50% de docteurs, a été largement atteint. Enfin, de nouveaux laboratoires ont été créés, portant le nombre à 16, et les équipements des laboratoires ont été renforcés. Tous ces efforts ont été couronnés par la reconnaissance de l’Etat. Mais ce n’est pour nous qu’une étape vers l’excellence.

- Au-delà de la reconnaissance de l’Etat, qu’est-ce qui distingue votre université?
- L’UPF a fait le choix stratégique d’une taille maîtrisable adaptée au contexte régional, et qui évite la confusion entre l’ampleur des moyens utilisés et la certitude de l’efficience et de l’efficacité. En effet, notre université offre une vingtaine de formations (Ingénieur, Licences et Masters) dans sa faculté́ des sciences de l’ingénieur, la Fès Business School, et l’école supérieure des métiers de l’architecture et du bâtiment. Une attention particulière est portée à la qualité de l’enseignement, dans le contexte d’une université à dimension humaine. Pour cette rentrée, nous lançons de nouvelles filières, toutes accréditées, comme le «Génie des énergies renouvelables et systèmes énergétiques», qui vise à former des ingénieurs capables de répondre aux enjeux liés à la transition énergétique de notre pays. Seront proposées, également, des formations d’ingénieurs en systèmes d’information et de la transformation digitale, en big data, internet des objets, blockchain et urbanisme, ainsi qu’un master en droit des affaires et droit notarial.
Au sein de notre campus (12.000 m²), nos étudiants disposent d’espaces de formation, d’un centre de conférences, d’une bibliothèque universitaire, un complexe sportif, une résidence universitaire et des espaces de restauration.

- Quelle place occupe la recherche scientifique dans votre université?
- Le développement de la recherche scientifique est nécessaire pour être pleinement intégré dans le monde de l’enseignement supérieur. De plus, la recherche scientifique constitue la ressource fondamentale pour la mise en place de formations de pointe et la préparation des métiers d’avenir. En ce sens, l’UPF dispose d’un centre de recherche, de développement, d’expertise et d’innovation (CRDEI). Des projets en phase avec les stratégies et les visions des collectivités, de la ville, de la région et du pays, y sont menés, et régulièrement soumis aux partenaires. A l’instar de  projets s’inscrivant dans le cadre des villes intelligentes, « l’utilisation des TIC pour la valorisation des produits de l’artisanat », «la conception et le prototypage d’une maison autonome en énergie pour l’Afrique»... L’université organise, en parallèle, des manifestations scientifiques. 

Des partenaires internationaux

La coopération internationale et l’ouverture sur des partenariats nationaux et régionaux sont des leviers de développement importants pour l’UPF. L’université compte de nombreux partenaires, comme les universités de Lorraine, de Grenade, de Picardie Jules Verne, du Littoral Cote d’Opale, Paris 13, ou encore, le CNAM de Paris. «Ces conventions de coopération ont ouvert la voie à la mobilité des enseignants et des étudiants dans les deux sens, à des programmes de formation continue  et à la double diplomation pour certaines filières», détaille le président.

Propos recueillis par Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc