Economie

Mondial 2026: La Bourse aussi croise les doigts

Par Franck FAGNON | Edition N°:5288 Le 06/06/2018 | Partager
L’organisation de cette compétition dynamiserait le marché, anticipe AWB
Les IPO ont été multipliées par 4,7 en Afrique du Sud et 2,3 au Brésil
Un chemin rapide pour rejoindre la classe des marchés émergents?
modial_bourse_088.jpg

Le rapport des entreprises au marché financier varie selon les pays et est surtout une affaire culturelle. Néanmoins, l’on observe une accélération des introductions en Bourse en Afrique du Sud et au Brésil les trois années suivant l’obtention du mondial. AWB anticipe le même effet pour la Bourse en cas de victoire le 13 juin prochain

Malgré un concurrent coriace, le rêve d’organiser la Coupe du monde 2026 est toujours intact surtout après le passage de l’épreuve de la Task Force. Au-delà du prestige, les enjeux d’un tel événement sont aussi économiques. Pas moins de 110.000 emplois pourraient être créés grâce au mondial et l’impact positif sur l’économie entre 2019 et 2026 est évalué à 2,7 milliards de dollars par le cabinet Roland Berger.

L’obtention du mondial devrait stimuler l’économie,  surtout dans une conjoncture remplie d’incertitudes. «Il n’y a pas de catalyseur au niveau de l’économie aujourd’hui.  Le mondial serait le bienvenu», commente un observateur.

En Afrique du Sud et au Brésil, les deux derniers pays hôtes de la Coupe du monde, «l’investissement et la consommation ont connu une dynamique de croissance positive les trois premières années suivant l’attribution du mondial», relève Attijari Global Research. Le comportement des IDE et des recettes touristiques sur une période de dix ans est plus marquant, soulignent les analystes.

Les investissements en infrastructures pour le mondial 2026 sont estimés à 145 milliards de DH dont 20% seront portés par le secteur privé. En dehors des canaux classiques, les entreprises pourraient davantage arbitrer en faveur des marchés pour se financer. Certes, le rapport des chefs d’entreprises au marché financier varie selon les pays et est surtout une affaire culturelle. Néanmoins, l’on observe une accélération des introductions en Bourse en Afrique du Sud et au Brésil les trois années suivant l’obtention du mondial.

Les IPO ont été multipliées par 4,7 à la Bourse de Johannesburg et 2,3 au Brésil. Les analystes d’Attijari Global Research anticipent un regain des introductions en Bourse en cas de victoire du Maroc le 13 juin prochain, date du vote par l’assemblée générale de la Fifa. La période faste pour les introductions sur la place casablancaise remonte à 2006-2008 où 25 opérations avaient été enregistrées.

Par ailleurs, l’effervescence liée au mondial profitera davantage à des secteurs comme les télécoms, les services financiers, la distribution et le BTP.

Par rapport au benchmark, ces secteurs ont signé des performances à trois chiffres en Afrique du Sud en trois ans et de plus de 50% sur la même période sur la place brésilienne.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc