Société

L’Amérique latine, le nouvel axe géostratégique

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5259 Le 25/04/2018 | Partager
L’Académie du Royaume lui consacre sa 45e session, ouverte hier à Rabat
Partager l’expérience de ces pays dans divers domaines: politique, économique et culturel…
Et également rapprocher ses instinctuels et leurs homologues marocains

L’Académie du Royaume du Maroc (ARM) poursuit son ouverture sur les diverses civilisations. Après l’Afrique, elle consacre  sa 45e session, ouverte hier à Rabat, à l’Amérique latine. Les motivations du choix de la thématique ainsi que les attentes de cette session ont été rappelées par Abdejalil Lahjomri, secrétaire perpétuel de l’ARM, lors de son allocution à la séance d’ouverture des travaux de cette manifestation.

L’Amérique latine se distingue par une histoire contemporaine riche eu égard à ses expériences  dans les domaines politique, économique, social et créatif, rappelle Lahjomri. Il s’agit des expériences de fort potentiel dont peuvent s’inspirer d’autres pays.

«Dans le nouvel équilibre en cours d’instauration à l’échelle planétaire, l’Amérique latine s’impose depuis quelques décennies par ses avancées dans différents domaines et se dote ainsi des moyens d’occuper une nouvelle place dans le monde d’aujourd’hui», est-il expliqué. Face à ces avancées, les pays de ce continent affrontent toutefois un certain nombre de problématiques qui seront abordées par des éminents chercheurs lors de cette session.

Celle-ci s’inscrit également dans l’esprit  du renforcement de la coopération Sud-Sud entre les pays arabes et ceux de l’Amérique latine. La coopération Sud-Sud est devenue indispensable dans un monde où on assiste à un rythme accéléré de la mondialisation, signale Lahjomri. Certes, la mondialisation présente des opportunités, mais également des défis à relever, ajoute-t-il.

Signalons par ailleurs que la séance d’ouverture a été marquée par l’intervention d’André Azoulay en tant que membre de l’ARM sur le thème: «Nos Andalousies partagées en Amérique latine, l’importance du lien, l’importance du lieu». A travers son intervention, le conférencier veut montrer que l’idée du Monde a rarement été étrangère aux Marocains. Il rappelle à ce titre l’émigration des Marocains au Brésil au 18e siècle et leur métissage avec notamment les indiennes d’Amazonie.

La conférence inaugurale de cette session a été présentée par l’écrivain et éditeur mexicain Alberto Ruy-Sanchez sur le thème: «Pour une nouvelle géopolitique culturelle. Comment forger une alliance entre le Maroc et le Mexique, et sur quelles bases elle pourrait être construite?». C’est la question  principale à laquelle le conférencier s’est attelé à apporter un éclairage.

Pour lui, il y a d’abord un travail de connaissance mutuelle à accomplir. Une grande partie de la géographie du Mexique est semblable à celle du Maroc, constate le conférencier. C’est à travers des éléments élémentaires de la technologie (tissage, céramique, décoration…) qu’on découvre un lien entre les deux pays, ajoute-t-il.

Nouvel espace

Le programme de la 45e édition de l’ARM comprend des interventions de penseurs et instinctuels de renommée de différentes régions du monde. Ces interventions seront réparties sur cinq axes. L’Amérique latine comme un nouvel espace géostratégique fait l’objet du premier axe. Le deuxième porte sur les modèles de développement dans ce continent et le troisième sur les expériences politiques et institutionnelles. Culture, science et technologie: les nouveaux enjeux en Amérique latine, un volet qui figure au menu. Le dernier axe se penchera sur le Maroc, le monde arabe et l’Amérique latine.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc