×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Angélisme

Par L'Economiste| Edition N°:2902 Le 14/11/2008 | Partager

CRISE ou pas, il y aurait selon l’Anapec près de 75.000 opportunités d’emplois que nos jeunes diplômés pourraient prospecter. Bien entendu, entreles exigences de la demande et celles de l’offre ce n’est pas gagné d’avance. On le sait, ces candidats ne sont pas tous éligibles au marché de l’emploi soit par inadéquation de leur formation, soit parce que leur perception même du travailest biaisée dès le départ. L’emploi continue de représenter, pour beaucoup d’entre eux, un statut auquel ils ont droit le plus naturellement du monde dès leur sortie de fac. Des a priori fort regrettables et, il faut le reconnaître, la société n’encourage pas spécialement d’autres systèmes de valeur. Les manifestationsdes diplômés chômeurs n’incitent pas particulièrement à l’esprit de conquête. Certains ont même fini par obtenir gain de cause. Une glorification de l’assistanat que l’on retrouve un peu partout. Y compris chez les profils les moins attendus. Ainsi l’on a vu, pour la première fois dans l’histoire de ce pays, un groupe d’athlètes observer un sit-in, qui plus est dans un endroit très exotique,en... forêt, pour protester contre les nouvelles conditions de travail imposées par le directeur technique national. A Casablanca, les pensionnaires, adultes, d’un orphelinat refusent de le quitter, revendiquant ainsi le droit de squatter l’établissement pour des raisons obscures.Oui, en effet, dans cette grande foire au sentiment, à la compassion publique, au chantage, particulièrement sollicités ces derniers temps, tout est dans la mise en scène!Forcément, le reste n’y échappe pas. Les programmes d’aide à l’employabilitédes jeunes diplômés sont certes à encourager. Mais il ne s’agit en aucun cas d’instituer, de dicter ses conditions à un marché de l’emploi qu’il soit public ou privé.La Chine licencie en ce moment des milliers de gens, fermant des usines, nous adressant par la même occasion une cinglante et cynique image de réalismeéconomique. Nous ne le souhaitonspas pour notre pays. Mais de grâce, moins d’angélisme!Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc