×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Afrique

Par L'Economiste| Edition N°:3990 Le 18/03/2013 | Partager

LE voyage de SM le Roi au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Gabon confirme une option stratégique du Maroc: il veut valoriser son option continentale, un choix posé dès le début du règne de Mohammed VI.
Il consiste à privilégier la coopération économique avec les différents pays africains, considérant que c’est cette coopération qui conditionne durablement les relations sociales et politiques. Et pour la mettre en œuvre, c’est le cadre libéral, celui du marché concurrentiel, qui est retenu: ce sont les entreprises, notamment privées, qui sont les premiers acteurs de cette stratégie.
Cette option s’appuie sur un ensemble de mesures législatives et réglementaires encourageant les entreprises marocaines à se déployer sur le continent. Il est à souligner que ces mesures restent strictement inscrites dans le cadre de l’économie libérale et concurrentielle.
Cette stratégie a un double avantage: elle permet d’abord aux entreprises d’élargir leur marché; ensuite elle les met en situation de compétition avec d’autres acteurs.
Ces deux axes ont forcément un impact sur la productivité et le rendement de l’économie du Royaume.
Différents secteurs d’activités ont commencé ainsi à s’internationaliser. Leur force et leur variété est à souligner: télécommunications, banques, assurances, génie civil, agriculture, ciment, bâtiment, santé, enseignement, médias…
En peu de temps, les implantations se sont multipliées. La marque du succès de cette stratégie est bien évidemment cette  offre d’association que le Maroc commence à recevoir de la part de ses deux plus grands partenaires européens, la France et l’Espagne. Toutes deux souhaitent être associées dans cette démarche, selon un principe triangulaire.
Le régime politique marocain a l’avantage de disposer d’un cycle long, celui de la royauté, gérant les options stratégiques au-delà des contingences politiques, et ce au moment où rythme électoral, bien naturellement, raccourcit les horizons.

Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc