×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Archives prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

L'Edito

Affaissement

Par Nadia SALAH| Edition N°:5825 Le 18/08/2020 | Partager
salah_nadia.jpg

Avec courage, discipline et patriotisme, les Marocains se sont imposés les mesures restrictives de leur liberté. Et avec créativité, comme l’a montré le développement de la production de masques, sous la houlette de Moulay Hafid Elalamy.

Pour les plus pauvres, ils ont béni les aides de Sidna. Quant aux plus riches, ils ont trouvé cela tout à fait logique, socialement et politiquement logique.

On savait tous qu’il y avait une limite à cette mobilisation nationale: un milliard de DH par jour. Le ministre des Finances l’avait dit très clairement. Chaque jour efface une partie de la richesse nationale, non pas parce qu’on la gaspille, mais parce qu’on ne la produit plus.

Pas la peine de faire une thèse d’économie pour savoir qui, dans la population marocaine, paye et payera le plus pour cet affaissement. Il faudrait peut-être écrire effondrement.

Le pire n’est pas là.

Ce n’est pas seulement une question d’argent et de redistribution. Le malaise et le doute se sont insinués entre le courage, la discipline et le patriotisme.

On les voit s’infiltrer depuis deux mois. Ils sont portés par toutes ces histoires circulant sur les agents de police et sur le système de santé. Que ces histoires soient vraies ou fausses n’a aucune importance. Leur intérêt, c’est leur existence. Pourquoi les gens se les racontent-ils? Quel terreau les a fait pousser?

Les citoyens voient eux-mêmes que la stratégie de mars, avril et mai 2020 a donné tout ce qu’elle pouvait.  Depuis juillet, elle fonctionne à l’envers. Ces citoyens n’ont qu’une explication en face d’eux: «c’est de votre faute»!

Deux conséquences: les Marocains deviennent ennemis les uns des autres et le virus galope d’autant plus vite que les gens fuient le système de santé.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc