×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Activisme

Par L'Economiste| Edition N°:3532 Le 18/05/2011 | Partager

En voilà un qui ose dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Les Chambres de commerce ne sont pas contentes et le font savoir. Elles se mutinent contre un plan de recrutement imposé, comme pour d’autres sphères, par le gouvernement El Fassi. C’est un précédent fâcheux certes, mais la jurisprudence risque de ne pas passer inaperçue. Et pas seulement pour des Chambres de commerce que l’on ne peut pas gaver de postes en l’absence de réformes, de budgets.
Se mettre à croire que la problématique de l’emploi va se résoudre par des numerus clausus en l’absence de véritables plans d’incitations relève de la naïveté suprême. Il est trop facile de convoquer la morale pour appeler à des recrutements de jeunes en faisant fi des critères et des interrogations traditionnels. C’est-à-dire quels profils pour quels emplois. Si le gouvernement voulait véritablement jouer les bons samaritains sur ces questions, il aurait mieux fallu qu’il s’occupe des dysfonctionnements structurels qui continuent de miner la qualité de notre enseignement, et qui font du Maroc un éternel cancre dans les benchmarks internationaux.
Au lieu de cela, il ne fait que s’empêtrer dans des hésitations générales, dans son absence de vision. Les entreprises, mais aussi beaucoup d’autres établissements publics, souhaiteraient que ces embauches soient davantage décidées que subies.
On ne décrète pas l’emploi en effet. On peut essayer de l’encourager, de le favoriser. En dynamisant l’investissement, en renforçant l’attractivité, le consensus est facile à obtenir. Pas en imposant des quotas de recrutement pour obtenir une paix sociale. Ni par le volontarisme, au mépris des règles élémentaires de l’économie de marché. Les Marocains le savent et ne peuvent pas être dupes éternellement de l’activisme actuel.

Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc