Courrier des Lecteurs

Boycott des produits suédois

Par L'Economiste | Edition N°:4627 Le 14/10/2015 | Partager

■ Un coup d’épée dans l’eau!
Il y a quelques jours, le gouvernement marocain a déclaré envisager sérieusement le boycott des produits suédois. Néanmoins, je reste convaincu que tenter de stopper les importations marocaines est inutile.
Le Royaume a beaucoup plus à perdre que ce pays en termes d’échanges commerciaux puisqu’il importe beaucoup plus qu’il n’exporte. En effet, le Maroc importe  plus de 26 milliards de DH de biens tandis qu’il n’exporte pas plus de 3 milliards de biens. Le Royaume doit chercher un autre moyen de pression, car il s’agit tout bonnement d’un coup d’épée dans l’eau!
H.Y.
■ Le Maroc en force!
J’ai été impressionné par les mesures prises ou envisagées par les autorités et les citoyens marocains concernant la crise diplomatique avec la Suède. Menace de boycott des produits suédois, manifestation devant l’ambassade suédoise à Rabat, rencontres avec les diplomates suédois…
Une démarche offensive de gros calibre. Objectif: pousser la Suède à revoir ses choix et notamment sa politique étrangère envers le Maroc. Une fois n’est pas coutume, les citoyens se sentent concernés par la politique étrangère et défendent leur position. Un comportement à saluer!

B.C.

                                                        

■ BTP: Toujours l’Aïd sur les chantiers!
Chaque année, c’est toujours la même chose. La majeure partie des chantiers sont à l’arrêt plusieurs jours, voire plusieurs semaines après l’Aïd Al Adha. Et cela peut durer parfois plus de deux semaines! C’est complètement invraisemblable! Cela altère la productivité des entreprises du BTP et tout son écosystème! Les ouvriers partent en fait en congé et rallongent la durée de ce dernier. Il faudrait mettre en place un système d’organisation des congés, qui permettrait de ne pas laisser trop de «vide» au sein des équipes de travail. Cela peut conduire à des problèmes d’invendus, d’arrêts de chantiers ou encore de stock.
J.P.
■  Valorisons nos architectes nationaux!
Si j’avais été un piètre architecte, et si j’étais en rupture d’activité, on aurait pu me reprocher au vu de ce que je vais dire d’être aigri. Mais comme tel n’est pas le cas, je dis: Y en a marre!.. En effet, y en a marre de ces décideurs, surtout publics, qui continuent à prendre les architectes nationaux  pour des mineurs, sans expérience et sans talent. Des projets d’envergure sont confiés à des cabinets étrangers souvent sans appel à la concurrence, et je ne citerais qu’un cas qui illustre ce que j’avance. Deux architectes français se sont octroyé le projet de Casa Finance City, à l’issue il est vrais d’un concours, mais qui n’était ouvert qu’aux cabinets étrangers. Et depuis, ce duo s’est vu confier la nouvelle ville de Zenata, le parc de la Ligue arabe, et l’on s’apprête à lui offrir l’avenue Royale. Tout cela uniquement  dans la ville de Casablanca. On les retrouve par ailleurs sur tout le territoire, de Al Hoceima à Lagouira, en passant par le Bouregreg à Rabat. Je veux bien croire que ce sont des génies, mais pendant ce temps-là, les architectes marocains sont absents de la construction de leur pays. Ces architectes sont par ailleurs les auteurs de l’ensemble immobilier très controversé qui a surgi dans Casablanca Finance City, et que les Casablancais qualifient de «cage à poules». Ce n’est pas un procès  d’intention que je fais aux architectes, mais à nos pouvoirs publics qui sont aveuglés par cette supériorité illusoire de l’ancien colonisateur. Des architectes jeunes et moins jeunes veulent travailler. Qu’on les mette à l’épreuve. Je promets qu’on ne sera pas déçu!
A.L.

Habillage de l’intérieur des rames du tram: Une excellente initiative!

J’ai appris avec étonnement le retour de la publicité dans le tram de Casablanca, après la vive polémique que le sujet avait suscitée en novembre dernier. Cette fois-ci, c’est l’intérieur des rames qui sera habillé. C’est une excellente idée de ne pas avoir mis en place un habillage extérieur.
En effet, ce format publicitaire altère dans un premier temps le paysage. Par ailleurs, il met en danger les passagers, qui peuvent être agressés bien plus facilement puisque la publicité recouvre une bonne partie du tram et empêche les personnes extérieures de surveiller et d’alerter la police en cas de problème.
J.A.

                                                        

■ Programme contre la vague de froid à Ifrane: Une démarche à encourager
J’ai été agréablement surpris par l’article paru dans votre journal il y a quelques jours sur la vague de froid à Ifrane et les moyens déployés pour la contrer. L’on y apprend que les autorités de la ville viennent de prendre des mesures sérieuses pour anticiper la vague de froid au sein de la région. Des mesures qui comprendront caravanes médicales, denrées alimentaires et vestimentaires, charbon et couverture. Mais pas seulement. Le programme prévoit également des opérations de déneigement des routes et des boulevards ainsi qu’un effort de veille pour garantir les meilleures conditions de scolarité aux élèves. Le froid fait en effet souvent des victimes au Maroc et ne doit pas être pris à la légère. Rappelez-vous il y a quelques années, plusieurs dizaines d’enfants avaient trouvé la mort à cause du froid dans la localité d’Angfou. Plus récemment, l’année dernière, le froid s’était fait violent et avait causé bon nombre de problèmes dans certaines régions du pays. Il est temps que le pays prenne ce problème au sérieux et propose des solutions concrètes pour y faire face. Des vies sont en jeu!
J.M.
■ Campagne médicale à Berkane: Des efforts à considérer!
Je ne vous apprends rien en vous disant que notre système de soins et de santé est déplorable. C’est pour cette raison que j’ai trouvé particulièrement intéressante la campagne médicale lancée à Berkane contre la cataracte. Dans l’article paru dans votre journal le 12 octobre dernier et traitant de ce sujet, l’on apprend que cette campagne médico-sociale, consacrée à la chirurgie de la cataracte à l’hôpital Edderak a concerné près de 300 cas. Ils ont bénéficié de traitements médicaux et chirurgicaux. Une campagne de sensibilisation pour le dépistage des maladies oculaires au profit des populations des communes rurales a également été menée.
Une excellente initiative, étant donné la difficulté d’accès aux soins que connaissent les habitants de la province ainsi que le manque de moyens dont ils sont victimes. La sensibilisation est également essentielle puisque bon nombre de personnes ne parviennent même pas à identifier et à différencier les types de maladies oculaires.
G.A.
■ Bni Makada embelli: Une belle initiative!
Lors du week-end de l’Aïd Al Adha, une vidéo montrant les habitants du quartier populaire Bni Makada de Tanger a fait le tour des réseaux sociaux. L’on y aperçoit des hommes nettoyant la rue et des murs repeints en violet.
Une belle initiative que je salue pleinement et qui devrait servir d’exemple pour d’autres régions du pays. Il est temps que nous prenions conscience de la saleté de nos rues et de nos trottoirs. Vivre dans un environnement propre et soigné, c’est un signe de développement.
K.L.

                                                        

■ Construction d’un CHU à Tanger: Une  avancée en termes de soins hospitaliers
La construction du futur CHU de Tanger constitue une excellente initiative. Comme nous indique l’article sur le sujet, paru dans votre journal du 28 septembre dernier, le Centre hospitalier universitaire sera opérationnel dès 2017. Il comprendra notamment 771 lits, un laboratoire central, des services de formations ainsi qu’un héliport pour l’accueil des urgences transportées dans le cadre du dispositif mobile d’urgence. Et ce n’est pas tout. La structure disposera également d’un service de télémédecine, autrement dit permettant le traitement médical à distance. Un véritable bond en avant pour la région en matière de soins hospitaliers!
C.A.
 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc