Economie

La France prospecte des investisseurs marocains

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5403 Le 03/12/2018 | Partager
Des rencontres de promotion cette semaine à Casablanca et Agadir
Le stock des IDE marocains dépasse les 382 millions d'euros
Services, nouvelles technologies et agroalimentaire, les secteurs cibles
entreprises-bureaux-003.jpg

 Les investisseurs marocains sont de plus en plus intéressés par le potentiel de développement sur le marché français, particulièrement dans le domaine des nouvelles technologies. Ce secteur représente 4% du PIB français, porté par les importants financements mobilisés pour la R&D (Ph. L'Economiste)

A l'instar des années précédentes, l'ambassade de France à Rabat lance, cette semaine, une nouvelle édition du «mois de l'investissement». Objectif: identifier des opérateurs souhaitant investir en France. Après Fès et Tanger l'année dernière, cette fois, deux rencontres sont prévues ces mardi et mercredi à Casablanca et Agadir. «C'est une occasion de mettre en avant l'attractivité de la France en matière d'investissement», a souligné Marie Cécile Tardieu, chef du service économique régional.

Selon les responsables en charge des affaires économiques, de plus en plus d'entreprises marocaines sont intéressées par des investissements dans l'Hexagone. Les données de la Banque de France en témoignent. Leur volume est en hausse d'une année à l'autre.

En 2017, le stock était de 382,5 millions d'euros contre 380 millions en 2016. Les secteurs qui intéressent le plus les investisseurs marocains sont les services, les TIC, l'agroalimentaire… Les nouvelles technologies arrivent en tête des secteurs porteurs prisés par les entreprises marocaines. Lors des rencontres prévues cette semaine, «des experts apporteront des éclairages sur les dernières mesures du gouvernement français, sur les atouts de l'écosystème des startups en faveur de l'innovation et sur les pôles de compétitivité».

Des responsables du bureau «Invest», implanté à Casablanca depuis septembre dernier, feront la promotion des outils d'accompagnement prévus par cette entité, qui joue le rôle de guichet unique. L'idée est d'aider les potentiels investisseurs à choisir les régions qui correspondent le mieux aux besoins des projets prévus. Idem pour l'explication des procédures et pour le renseignement autour des administrations concernées.

«Ces rencontres permettent aussi de lever certains malentendus et d'identifier les obstacles rencontrés par les investisseurs», selon Tardieu. Pour elle, «cette dynamique s'inscrit dans le cadre d'un partenariat équilibré avec le Maroc, favorisant des flux d'investissements dans les deux sens».

Elle met ainsi l'accent sur l'importance des feedbacks des entreprises ayant déjà lancé des projets en France, dont certaines participent à ces rencontres pour témoigner de leur expérience. «Surtout qu'il existe plusieurs success-stories pouvant inspirer de nouveaux investisseurs», a-t-elle ajouté.

Repère

  • 382,5 millions d’euros de stock d'investissements marocains en France en 2017
  • 40 pays sont concernés par les rencontres de promotion dans le cadre du «mois de l'investissement en France»
  • 9,7% est le taux de création d'entreprises en France en 2016
  • 4% c'est la part des TIC dans le PIB français
  • 2e place mondiale pour la qualité et l'accessibilité des services publics en ligne.

M.A.M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc