Entreprises

Auto Hall parie sur de nouvelles cartes

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5356 Le 24/09/2018 | Partager
Nissan et Opel compenseront le recul des ventes de Ford
La hausse de l’euro répercutée en partie sur les prix de vente
auto_hall_ca_056.jpg

Ford connaît aujourd’hui un repositionnement stratégique de son constructeur, à la fois sur le plan des modèles et des prix. La marque représentait par le passé plus de 50% de l’activité d’Auto Hall. Aujourd’hui, sa part dans les activités du groupe baisse et ne représentera à terme que 35 à 40%

A fin juin, le chiffre d’affaires consolidé du groupe Auto Hall a pratiquement atteint le même niveau que l’année dernière: 2,4 milliards de DH, en légère hausse de 1% par rapport à la même période de l’an passé. L’Ebitda est quant à lui en recul de 6%.

«Cette baisse sur le court terme a été enregistrée principalement suite au recul des ventes de la marque Ford. Nous nous y attendions. Toutefois, ce recul a été accentué par une tendance défavorable du marché. Mais ce volume perdu est en train d’être rattrapé par d’autres marques, notamment Nissan et Opel», explique Abderrahim Bachiri, directeur général Activités support (finance, RH, SI et qualité) chez Auto Hall.

La diversification du portefeuille de marques permettra au groupe de compenser, voire amortir, à moyen terme, la baisse des ventes de Ford (Scama). La marque Opel n’opère que depuis mai dernier chez SM2A, filiale du groupe. A fin août, elle a écoulé 538 unités. Le management table également sur la progression naturelle de Nissan, qui commercialisait moins de 3.000 véhicules par an, il y a quelques années. L’an dernier, plus de 7.000 véhicules ont été écoulés par Nissan.

Pour ce qui est de l’impact des devises d’achat sur les performances du groupe, Abderrahim Bachiri explique, en marge de la présentation des résultats du 1er semestre, vendredi 21 septembre: «Nous avons subi la hausse de l’euro sur nos marges durant le premier semestre. Celle-ci a été répercutée en partie sur les prix de vente. Mais à partir de juillet-août, nous avons observé une tendance à la baisse de la parité euro/dirham plutôt favorable et espérons que cette tendance continuera d’ici la fin de l’année».

L’an dernier, la croissance de l’euro avait déjà impacté les résultats du groupe. Au premier semestre, elle a contribué à hauteur de 4% à l’augmentation de ses achats. D’ici la fin de l’année, le management s’attend à un impact moins important.

En revanche, l’optimisation des achats et la réduction des stocks a permis de réduire les frais financiers et de dégager un résultat financier en amélioration de 23 millions de DH par rapport à fin juin 2017. Soulignons enfin que 3 autres nouvelles cartes entrent dans le giron du groupe : Bridgestone (pneumatique), Sany (manutention portuaire) et le russe Gaz (automobile) dont la distribution est assurée par la filiale Africa Motors.

Le management a, par ailleurs, confirmé la poursuite du développement du réseau avec un objectif à terme d’un million de m2 de surface au service de ses clients.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc