Régions

Tanger élargit son plan anti-inondations

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5350 Le 14/09/2018 | Partager
Des appels d’offres pour l’aménagement des oueds Lihoud, Boukhalef et Warda
Des dalots pour protéger les noyaux urbains traversés par les oueds
Un dispositif pour protéger les zones industrielles de Mghogha et d’Al Majd
tanger-inondation-050.jpg

L’oued Mghogha est l’un des plus grands qui traversent la ville de Tanger. Lors des vingt dernières années, il a débordé à deux reprises (Ph. Adam)

Le spectre des inondations plane toujours sur Tanger, qui est traversée par plusieurs cours d’eau. L’un d’entre eux, l’oued Mghogha, a déjà inondé la ville à deux reprises lors des vingt dernières années.

Le Département de l’eau, au sein du ministère de l’Equipement, vient de lancer une série d’actions pour la protection de la ville. Des appels d’offres ont été publiés la semaine dernière. Ils concernent l’aménagement des oueds Lihoud, Boukhalef et Warda.

Le budget prévisionnel atteint les 38,6 millions de DH. Les travaux consistent en la réalisation d’un dalot double de 2,5 m sur chacun des oueds, sur une longueur totale de 1.040 m. Les travaux prévoient, aussi, la déviation des réseaux existants en tout genre, et surtout, la captation des eaux des sources éventuelles, récupérées au niveau des oueds concernés.  L’objectif est de protéger les populations et les habitations traversées ou proches de ces cours d’eau et de limiter les dégâts en cas de crues.

En janvier dernier, le département de tutelle avait lancé les travaux au niveau de l’oued Aouama, où un dispositif similaire de 700 mètres de long et d’un coût de 41,5 millions de DH, avait été prévu.

Le dispositif fait partie d’un vaste projet lancé en mars 2017. Il concerne le réaménagement intégral de l’oued Mghogha, et la mise en place d’ouvrages de protection contre les inondations. Il permettra, d’ailleurs, de protéger la zone industrielle de Mghogha et celle d’Al Majd des effets des crues de cet important oued. Ces crues ont été à l’origine de graves inondations passées.

La durée des travaux devrait s’étaler sur 36 mois. Le démarrage étant prévu pour 2019. Le coût des travaux est évalué à près de 177 millions de DH.

A rappeler que les dernières inondations ont été particulièrement graves, avec le blocage d’une partie de la ville et l’arrêt total des activités de la zone industrielle de Mghogha, l’un des poumons économiques de Tanger.

De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc