Régions

Du sang neuf pour le CRT Fès-Meknès

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5270 Le 11/05/2018 | Partager
Un nouveau bureau avec une vision métropolitaine
Objectif: renforcer la promotion de la région
Redynamiser le secteur et diversifier le produit… aussi
touriste-fes-070.jpg

Fès est en train d’amorcer une croissance inédite. Après la hausse record de près de 40% de nuitées en 2017, par rapport à 2016, les quatre premiers mois de 2018 ont continué sur la même tendance. Afin de consolider cette dynamique, le CRT a élu un nouveau bureau le 10 mai (Ph. YSA)

Qui de Yassir Jawhar et Ahmed Sentissi présidera aux destinées du Conseil régional du tourisme (CRT Fès-Meknès). C’est la question à laquelle devaient répondre, jeudi 10 mai, les professionnels du tourisme. Arrivé à terme en décembre dernier, le mandat de Driss Faceh, président sortant, s’achève sur des résultats exceptionnels en termes d’arrivées et taux d’occupation.

En effet, la destination a terminé l’année 2017 avec une hausse de 40% des arrivées, par rapport à 2016. L’embellie s’est poursuivie durant les quatre premiers mois de l’année en cours. «Pour consolider cette dynamique, actée surtout grâce au renforcement du transport aérien, les professionnels doivent renouveler leur instance afin de mieux organiser la promotion de leur destination dans une vision régionale», indique Aziz Lebbar, président d’honneur du CRT.

«Les professionnels doivent s’imprégner de l’approche métropolitaine et la mise en valeur des potentialités locales disponibles à travers l’exploitation des complémentarités offertes par Fès, Meknès, Ifrane et les autres provinces de la région. Le but est de la promouvoir en mettant en oeuvre des plans d’action sectoriels à même de lui redonner la place qu’elle mérite de par sa situation stratégique et son potentiel naturel et humain riche et varié», estime-t-il.

Même son de cloche auprès de Yassir Jawhar et Ahmed Sentissi, le premier est agent de voyage et hôtelier, le second est restaurateur, qui s’accordent sur «la question du rajeunissement des instances du CRT avec la volonté de constituer une entité représentative des différentes provinces de la région».

Pour Jawhar, l’ambition est de doper le tourisme et promouvoir la destination. «Il y a une nécessité d’oeuvrer en parfaite coordination entre les différentes provinces de la région, le ministère, le CRT et l’ONMT pour la mise en valeur du produit touristique local, la consolidation des infrastructures d’accueil et l’élaboration d’un plan d’action à même de faire de la nouvelle région (Fès-Meknès) un pôle d’attraction aussi bien pour les visiteurs étrangers que pour le tourisme national», renchérit Sentissi.

Les deux hommes invitent à la relance des projets des zones touristiques d’Oued Fès, Wislane et Zalagh. «Il faut également appuyer les projets d’écotourisme et produits du terroir à Ifrane, Sefrou, Taounate, Azrou et Taza. Pour cette dernière, la réouverture des grottes de Friouato serait d’un grand apport», soulignent-ils.

Et de poursuivre: «L’accompagnement du ministère pour le tourisme de bien-être à Moulay Yacoub, le golf, la chasse et la pêche pourrait booster l’activité de l’arrière-pays». En attendant, il faut activer le traçage des sentiers et la mise à disposition des cartes et supports digitaux. Idem pour l’organisation d’une foire régionale des produits du terroir, l’activation des packages pour le tourisme religieux, et la création d’une liaison aérienne entre Fès et Dakar. Rappelons à ce titre l’engouement créé grâce aux 140 rotations hebdomadaires de l’aéroport Fès-Saïss.

La finalité est de convertir la bonne perception de la destination en flux touristiques en actionnant l’aérien au départ des différents bassins émetteurs. Unanimes, les professionnels du secteur appellent à la création de nouvelles dessertes domestiques avec Casablanca, Agadir, Dakhla et Errachidia.

Pour eux, le renforcement des moyens de communication, la programmation de manifestations sportives et culturelles (golf CRT cup), la promotion du tourisme religieux, la participation aux foires et salons, la professionnalisation des métiers du tourisme, ainsi que la consolidation du calendrier culturel et d’animation... seraient d’un grand apport.

Un film sur «Fès, ma belle, ma délicieuse»

«Fès est la femme dont on rêverait comme une femme rêverait d’un homme». Jean-Claude Cintas décrit la capitale spirituelle dans son dernier film chant-poétique commandé par le CRT. L’oeuvre de 64 minutes vient de sortir (en vente chez Amazon). «C’est une ode à l’impériale médina», déclare à L’Economiste son réalisateur. «C’est un véritable film d’auteur, écrit par le chantpoète. Cette fresque raconte en 12 tableaux les déambulations poétiques et spirituelles dans les ruelles, les ateliers d’artisans, souks, médersas, écoles, riads et palais, saupoudrée de-ci de-là d’extraits de concerts de jazz tirés de ses festivals», explique Cintas. En voix off, ce dernier déclame avec grâce et panache ses 12 chants d’amour que les images enluminent et que la musique de Driss El Maloumi parfume. Notons que ce film est inspiré du livre «Fès, ma belle, ma délicieuse». Son élaboration a duré plusieurs années. Il est réalisé en français et sous-titré en anglais. Des versions italienne et espagnole sont en cours.

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc