Economie

De nouveaux horizons pour la logistique

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5270 Le 11/05/2018 | Partager
La croissance est du côté des PME qui vont bénéficier d’un mécanisme de soutien
Un des grands challenges pour le développement de l’activité
Réduction des coûts, mutualisation, ouverture à l’international… les leviers
logysmed-070.jpg

140 exposants sont présents au 24e Congrès international de la logistique qui se tient à Marrakech en concomitance avec le 7e Salon international du transport et de la logistique pour l’Afrique et la Méditerranée (Ph. Mokhtari)

Elargir les horizons pour plus de croissance. C’est sous ce thème que se poursuit le 24e Congrès international de la logistique en concomitance avec le 7e Salon international du transport et de la logistique pour l’Afrique et la Méditerranée qui se sont délocalisés à Marrakech, le temps d’une édition.

Cette édition exceptionnelle co-organisée par le ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, l’Agence marocaine de développement logistique (AMDL) et dont L’Economiste est partenaire, est une vitrine des prestataires, donneurs d’ordre et clients de la logistique.

Mais aussi une occasion pour revenir sur les acquis et les défis dans un pays comme le Maroc et pour l’ensemble du continent africain. Nul doute que la logistique est un facteur d’attractivité des investissements. C’est également un levier de compétitivité et de développement des PME.

Au Maroc, et en dépit de la mise en place de la stratégie de développement de la compétitivité logistique, un long chemin reste à parcourir. Une politique volontariste qui a favorisé l’émergence de plusieurs plateformes logistiques à Casablanca et à Tanger ainsi que l’introduction d’opérateurs internationaux de grande renommée.

Une dynamique qui a permis de créer quelque 24.000 emplois et booster la formation dans ce domaine, indique le tout nouveau directeur général de l’AMDL, Mohamed Youssfi. Tout le défi de la prochaine étape repose sur le déploiement de zones logistiques dans d’autres régions à fort potentiel. Jusque-là, l’essentiel de l’offre est concentré à Casablanca et à Tanger.

Cela dépend aussi des donneurs d’ordre et de la volonté politique. Les autres chantiers à mener en concert avec le privé concernent un référentiel de la normalisation et une logistique urbaine. Un programme national de mise à niveau a été arrêté et consiste à accompagner techniquement et financièrement les collectivités territoriales pour mieux appréhender la problématique.

Enfin, l’AMDL continue à se focaliser sur les PME qui offrent un grand potentiel de développement pour les logisticiens. Tout en répondant aux attentes de ces dernières, il faut leur faire découvrir les solutions et les outils capables de développer leurs parts de marché ou encore améliorer leur rentabilité, indique Youssfi.

Pour l’heure, de nombreux chefs d’entreprise rechignent à externaliser leur logistique, ce qui explique que la logistique, exception faite des multinationales et de certaines grandes entreprises, peine à se développer. L’Agence a d’ailleurs mis en place en mai 2017 un programme pour accompagner les PME et TPE, le «PME Logis», un dispositif d’accompagnement financier doté de 63,5 millions de DH.

La stratégie vise à inciter les entreprises à externaliser toute une partie de la chaîne logistique concernant notamment le transport, l’entreposage. A Marrakech, des B to B sont au programme et 140 exposants présentent leurs offres et le salon s’attend à 4.000 visiteurs dont des professionnels venant du Maroc, de l’Europe et d’Afrique.

Il s’agit de visiteurs exigeants (clients, prestataires et donneurs d’ordre) qui viennent de divers secteurs d’activité, notamment l’industrie, le commerce, l’automobile, la distribution, le transport, les services... Ils sont issus de toutes les sphères d’activité et fonction des entreprises.

Parmi les exposants, Tanger Med, une plateforme industrielle pour plus de 800 entreprises qui ont représenté en 2017 un volume d’affaires d’exports industriels de 72 milliards de DH dans différents secteurs. Plusieurs grands opérateurs logisticiens internationaux (Bolloré, Emirats, Dachser, Omsan, Rhenus Logistics…) et distributeurs (Decathlon, Huawei, Bosh, Adidas) ont choisi la zone franche logistique de Tanger Med pour optimiser leur logistique et distribuer vers l’Afrique, l’Europe et l’Amérique.

Référentiel national de normalisation

Un premier lot de 7 normes génériques et 2e lot de 13 normes portant sur des prescriptions techniques des systèmes de stockage et des conteneurs ont déjà été définis par la Commission nationale de normalisation du secteur logistique. Cette commission où l’on retrouve les acteurs du privé et ceux du public s’attelle à identifier et prioriser les besoins en termes de normes, de référentiels et de guides de bonnes pratiques. L’objectif étant de se doter d’un référentiel national approprié répondant aux enjeux et aux ambitions du secteur logistique et des autres filières économiques.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc