Régions

Fès/Festival de la diplomatie culinaire: «La gastronomie a un rôle fédérateur et pacificateur»

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5251 Le 13/04/2018 | Partager
L’Afrique à l’honneur à partir de l’édition 2019
Une image et un modèle économique culturel
oussama_skali_051.jpg

Comme disait Talleyrand, «Donnez moi de bons chefs, je vous ferais de bons traités», l’essence même du festival de la diplomatie culinaire, ainsi que le souligne Oussama Skali, son directeur (Ph YSA)

- L’Economiste: Quelle est la finalité de ce festival?

- Oussama Skali: Le festival a pour but d’offrir une plateforme d’échanges interculturels qui n’est rien d’autre que la table! Et cela, en mettant en avant le patrimoine immatériel du Maroc dans ses différentes composantes: hébraïque, Arabo Andalouse et Amazigh.  Cette année nous invitons à «la table de la méditerranée», la Tunisie, la France, et pour la première fois un pays extra méditerranéen, le Mexique. Rassembler cultures et nations, comme le disait Talleyrand «Donnez moi de bons chefs, je vous ferais de bons traités». La gastronomie a un rôle fédérateur et pacificateur. La finalité du Festival est aussi de mettre en valeur le patrimoine immatériel du Maroc à travers sa gastronomie, et rassembler et fédérer les différents pays invités. Pas seulement à travers des dîners gastronomiques, mais aussi des conférences, des expositions artistiques, des projections de films et des concerts.
 
- Quels seront les temps forts de cette 3e édition?
- Des nouveautés pour cette 3e édition: de grands chefs étoilés tunisiens et les représentants des produits du terroir de ce pays. Et pour la première fois, nous invitons à la «table de la méditerranée» un pays extra méditerranéen, à savoir le Mexique. Bien que ce pays soit éloigné, il existe de nombreux points communs au niveau de la gastronomie et en particulier au niveau des produits du terroir. Cela nous permettra d’organiser une conférence dédiée au «Voyage du Cactus», depuis le Mexique jusqu’au Maghreb. La thématique étant dédiée cette année à la santé dans la gastronomie, nous accueillerons aussi une star de la diététique et du «mieux manger», le Professeur Henri Joyeux, auteur du Best Seller «Changez d’alimentation», un expert incontournable sur la question de la santé dans l’alimentation, et qui nous fera l’honneur d’être dans le panel des conférenciers.
 
- La paix et la tolérance sont le fil conducteur du Festival...
- A l’heure où les tensions entre les communautés, entre l’orient et l’occident, sont à leur summum, ce Festival sera l’occasion de rappeler que notre Royaume est une terre de paix, d’ouverture et de tolérance. En ce sens, nous sommes très fiers de collaborer avec le centre Maïmonide (Centre de la communauté hébraïque de Fès- Oujda). Et notamment, de remettre à l’honneur des traditions ancestrales comme la tradition du plat de la Dafina, partagée entre Juifs et Musulmans. Et ce, durant un déjeuner préparé pour près de 1000 personnes organisé avec la Province de Sefrou pour la 3e fois, et qui entre désormais dans les rendez vous les plus attendus, «le déjeuner des mille convives».
 
- Qu’est-ce qui fait la singularité du FFDC par rapport à tous les festivals qui sont organisés de par le monde?
- Le concept de Diplomatie Culinaire est déjà connu de par le monde, sous différentes appellations: la Gastro-Diplomatie, la diplomatie Du Goût... et bien d’autres. Cependant notre Festival est un des rares à dédier 4 jours entiers à ce concept.
Le Royaume dispose des atouts nécessaires pour un tel évènement: une gastronomie mondialement reconnue comme étant une des meilleures au monde, et aussi d’une réputation de pays stable, un pont entre l’Afrique et l’Europe, entre les religions... D’ailleurs, l’année prochaine nous mettrons encore plus à l’honneur le continent africain en mettant à l’honneur un pays avec qui nous sommes actuellement en pourparlers.

Propos recueillis par Youness SAAD ALAMI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc