International

Forum de Davos: Sécurité, économie mondiale… au menu

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5192 Le 22/01/2018 | Partager
Les travaux se tiendront du 23 au 26 janvier prochains
Le Maroc sera au rendez-vous
Les perspectives d’Euler Hermes
forum_economique_092.jpg

 

La 48e réunion annuelle du Forum économique mondial (WEF) aura lieu du 23 au 26 janvier à Davos-Klosters (Suisse). Il rassemblera un nombre record de chefs d’Etat, de gouvernement et d’organisations internationales aux côtés de dirigeants du monde des affaires, de la société civile, du monde universitaire, des arts et des médias.

Habituée de ce grand rendez-vous annuel de l’élite économique et politique mondiale, la délégation marocaine serait conduite par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita (selon le programme du WEF). La manifestation sera dominée cette année par la venue de Donald Trump qui a fêté le premier anniversaire de son investiture samedi 20 janvier.

Le président américain s’est surtout fait connaître pour son slogan «l’Amérique d’abord» et ses critiques à l’encontre des organisations internationales dont l’ONU, l’OMC ou encore l’OTAN. Ce sera l’occasion pour lui d’exprimer ses idées. Cette année, le discours d’ouverture sera prononcé par le Premier ministre de l’Inde, Narendra Modi.

Avec pour thème «Construire un avenir commun dans un monde fracturé», les participants à la réunion auront à coeur de trouver comment réaffirmer la coopération internationale autour d’intérêts communs cruciaux, tels que la sécurité internationale, l’environnement et l’économie mondiale. «S’il est peu probable que la conjoncture se retourne en 2018, la situation pourrait se compliquer en 2019», selon Ludovic Subran, Chef économiste d’Euler Hermes.

Dans son bilan et perspectives macroéconomiques 2017-2018, le spécialiste mondial de l’assurance-crédit indique que la croissance mondiale est attendue à +3,2% en 2018, comme en 2017. Pour le Maroc, il faudrait prévoir aussi un taux de 3%. L’assureur-crédit  considère le risque dans le Royaume comme relativement réduit, lui accordant une note de B1 (soit la meilleure pour un pays africain).

«Toutefois, la décélération attendue aux Etats-Unis (+2,2%) et en zone euro (+2%) pourrait mettre l’économie mondiale sous pression d’ici 2 ans. De plus, si les marchés se mettent à douter de la valorisation des entreprises de la Tech et se rendent compte que trop d’entreprises sont valorisées à un trop haut niveau, un choc financier n’est pas à exclure», selon l’économiste.

Le risque est de s’inquiéter aussi du développement croissant du shadow banking et des grands pays qui hésitent à se lancer dans des réformes structurelles d’envergure. Tous ces éléments incitent à la prudence pour 2019. «Une renaissance économique a commencé et les nouvelles technologies indiquent la route à suivre. Nous connaissons la destination, mais le parcours est semé d’embûches», de l’avis de Ludovic Subran.

Même si toutes les Banques centrales vont continuer à resserrer leurs politiques monétaires (hausse des taux aux Etats-Unis, fin de l’assouplissement quantitatif en zone euro, règles macro prudentielles en Chine), les ménages et les entreprises devraient à nouveau bénéficier de conditions de financement favorables. Malgré le retour progressif attendu de l’inflation, les effets de second tour sur les salaires devraient être limités.

Pour Euler Hermes, le calendrier politique restera soutenu. De nombreuses élections seront organisées en Amérique du Sud, en Asie, ou encore en Italie et en Russie. Le Brexit continuera de peser sur le contexte économique international, les velléités isolationnistes des Etats-Unis ne devraient pas disparaître et les tensions dans le Golfe pourraient persister. L’économie mondiale devrait toutefois résister à ces vents contraires.

La réunion de Davos intervient à une époque où la concurrence géostratégique entre les Etats est généralement perçue comme de plus en plus grande. Parallèlement à la coopération internationale, une autre priorité de la réunion sera de surmonter les divisions au sein des pays (voir aussi l’article sur les risques à surveiller selon le WEF dans notre édition N° 5190 du jeudi 18 janvier 2018).

«...Notre réunion annuelle vise à surmonter ces lignes de fracture en réaffirmant les intérêts communs des nations et en obtenant des parties prenantes leur engagement en faveur du renouvellement des contrats sociaux, par le biais d’une croissance inclusive», souligne le professeur Klaus Schwab, fondateur et président du Forum économique mondial.

D’autres événements

La 48e réunion annuelle du Forum économique mondial se tient en parallèle du colloque Coface Risque Pays prévu le mardi 23 janvier  à Paris ainsi que de la conférence de presse du FMI consacrée à la présentation de la mise à jour de ses perspectives de l’économie mondiale qui aura lieu le 22 janvier. Aussi, le président français Emmanuel Macron recevra ce lundi près de 140 PDG étrangers pour un sommet sur l’attractivité de la France. Plusieurs accords y seront annoncés.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc