Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5189 Le 17/01/2018 | Partager

■ Une thérapie recourant au «pouvoir» des vaches
Utiliser le «pouvoir magique» des vaches pour remettre les détenus dans le droit chemin: un État du nord de l'Inde compte installer dans ses prisons des abris pour cet animal révéré dans l'hindouisme.
Une commission gouvernementale de l'Haryana, région frontalière de New Delhi et dirigée par les nationalistes hindous, a annoncé qu'elle comptait acheter 600 vaches pour ce programme, estimé à 1,5 million de dollars. Une «thérapie de la vache», selon ses termes. La Gau Sewa Aayog (commission de protection des vaches) escompte que l'installation d'étables bovines dans six pénitenciers à partir du mois prochain aura une influence positive sur les personnes incarcérées. «Les vaches font partie de la religion hindoue, et elles ont des pouvoirs magiques sur ceux qui s'occupent d'elles», a déclaré à l'AFP Bhani Ram Mangla, président de la commission, en louant les «innombrables bénéfices» de cette idée.
Le lait des bêtes pourrait selon lui «purifier» les détenus, tandis que la bouse et l'urine - aux vertus supposées revigorantes - produites dans l'univers carcéral pourraient elles être vendues sur les marchés locaux.

■ Un facteur emprisonné pour ne pas avoir distribué le courrier
Un facteur argentin de 47 ans a été placé en détention lundi en Patagonie pour purger une peine d'un an de prison pour non distribution du courrier, a-t-on appris lundi de source policière. Le commissaire de la police fédérale de Rawson, Marcelo Velazquez, a précisé à l'AFP que les enquêteurs avaient retrouvé chez Manuel Gutiérrez des sacs contenant 19.000 lettres, timbrées et non remises à leurs destinataires.
Les faits remontent à 2009, mais le facteur de Puerto Madryn, port de Patagonie bien connu des touristes qui viennent y observer les baleines australes, n'a été condamné qu'en 2015 à un an de prison avec sursis, pour «appropriation indue de correspondance». Une décision confirmée en appel. S'il avait répondu aux convocations de la justice, il aurait échappé à une incarcération. Mais comme le facteur a fait la sourde oreille aux courriers du tribunal, la justice a transformé sa condamnation en peine de prison ferme et lancé un mandat d'arrêt contre lui.
 Interpellé vendredi par des policiers sans opposer de résistance, il a été conduit à la prison de Rawson, dans la province de Chubut, dans le sud de l'Argentine. Lundi soir, Manuel Gutiérrez devait passer sa première nuit dans cet établissement, un lieu de triste mémoire en Argentine car 16 de ses pensionnaires avaient été exécutés par des militaires argentins en 1972.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc