Primary tabs

Société

Automobile: La Formule E de retour à Marrakech

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5184 Le 08/01/2018 | Partager
La course de voiture électrique est prévue le 13 janvier au circuit Moulay El Hassan
Le Marocain Michael Benyahia pilote d’essai au sein de l’écurie Venturi
marrakech-formule-e-084.jpg

C’est au circuit automobile international Moulay El Hassan, redessiné il y a 2 ans par l’architecte de renommée mondiale, Hermann Tilke, que les pilotes de la Formule E  vont s’exprimer (Ph. L'Economiste)

Et de 2 pour l’E Prix de Marrakech, la course électrique de l’automobile prévue le 13 janvier. La 1re édition s’était tenue en marge de la COP22 en 2016 et a prouvé aux ambassadeurs écolo du monde entier comment la Formule E, le pendant écologique de la F1, peut réinventer la course motorisée.

Et c’est au Circuit automobile international Moulay El Hassan, redessiné il y a 2 ans par l’architecte de renommée mondiale, Hermann Tilke, que les pilotes de la Formule E  vont s’exprimer. Sur un tracé urbain qui répond aux normes de sécurité de la Fédération internationale de l’automobile, la FIA et ce, au grand plaisir des fans de ce sport...  Lancée il y a à peine 4 ans, la Formule E est devenue aujourd’hui un véritable banc d’essai pour les constructeurs qui se bousculent désormais pour y participer.

Aux noms de Renault, Jaguar, Audi, BMW, DS, vont s’ajouter prochainement ceux de Porsche, Nissan et Mercedes! Conscients des enjeux économiques et techniques qu’offre la Formule E, et dans une course mondiale effrénée des constructeurs pour accélérer la transition largement entamée vers le véhicule électrique, l’engouement des marques automobiles pour la Formule E est sans précédent, indiquent les organisateurs du E Prix Marrakech. 

Côté pilotes, les constructeurs engagés misent sur les meilleurs, et à l’évocation des noms de Prost, Piquet, Vergne, Buemi, Lotterer, D’Ambrosio ou encore le champion 2017 Di Grassi, tous sont passés par la Formule 1 ou le championnat du monde d’endurance (WEC) dans les meilleures équipes! Du Maroc, les fans retrouveront en piste Michael Benyahia (Marocain né et grandi aux Etats-Unis), recruté comme pilote d’essai au sein de l’écurie Venturi Formula E pour la saison 2017/2018.

Coorganisé par le Marrakech Grand Prix, le show de cette année s’attend à un public nombreux. Des tribunes et des écrans géants sont installés autour du site et particulièrement aux endroits spectaculaires de la course. Les plus chanceux pourront assister de plus près aux essais et à la course grâce à 2 tribunes très bien placées dans la chicane la plus spectaculaire du tracé. 

Et comme pour chaque course automobile, un E-Village est prévu avec de nombreuses animations, une vraie piste de karts électriques, des simulateurs de conduite, des démonstrations de motos et vélos électriques… Enfin, comme à Paris ou à New York, l’initiative «Marrakchis sur la piste» permettra aux Marocains de venir rouler à vélo sur le circuit le jour de la course à quelques mètres des bolides. A vos vélos!

Benyahia, jeune talent cherche sponsors

michael_benyahia_084.jpg

Michael Benyahia sera certainement l’une des attractions de la seconde manche du championnat mondial de Formule E qui se déroulera à Marrakech le 13 janvier. Premier et plus jeune pilote de Formula E, il est aussi le plus jeune pilote au monde à participer aux Rookies Tests qui sont des journées d’essais officiellement réservées aux pilotes débutants dans la catégorie. Benyahia a été enrôlé, en septembre dernier, par le team monégasque Venturi Formula E qui dispute le championnat du monde de Formula E, en tant que pilote de développement essayeur (ou 3e pilote de l’écurie). Il faut dire que le palmarès du jeune natif de Miami qui a choisi de courir sous les couleurs du Maroc est déjà assez bien chargé. Il compte à son actif 46 victoires en karting, une 3e place au championnat de France de Formule 4 et a décroché le titre de champion d’Europe NEC Formule Renault en 2017. Avec de tels résultats sportifs, Michael Benyahia démontre qu’il a déjà atteint le très haut niveau du sport automobile à seulement 17 ans. Aujourd’hui, pour qu’il puisse continuer à représenter le Maroc dans les quatre coins du monde, il est à la recherche d’un sponsor ou deux!

De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc