Primary tabs

Courrier des Lecteurs

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:5182 Le 04/01/2018 | Partager

Colère noire à Jerada

cari_cl_082.jpg

Une seule revendication résume le Hirak de Jerada: «Nous cherchons une alternative économique». C’est l’un des slogans scandés lors des sit-in qu’a connus la ville minière ces derniers jours. Les mêmes revendications, toujours les mêmes. Les lecteurs dénoncent l’inertie et l’incompétence des autorités. Réactions. (cf. notre flash du 25/12/2017)

■ Faut-il toujours attendre qu’il y ait un drame?
Chaque fois un drame humain et un constat terrible. Il n’existe aucune élite politique locale pour capter la colère. Le mode de scrutin mis en place au Maroc fait que n’importe qui peut se faire élire.  Il faut immédiatement déposer un projet de loi qui doit:
1) Obliger toutes les régions et toutes les communes de plus de 100 000 habitants à disposer d’un site Internet.
2) Réduire le nombre d’élus des conseils régionaux et des conseils municipaux à 40.
3) Obliger tous les conseils régionaux à être filmés lors de leur réunion.
4) Obliger tout président de région et tout président de commune de plus de 200.000 habitants à publier sur Internet l’ensemble de leur patrimoine personnel.
5) Mettre en place une allocation pour les chômeurs. Elle peut être financée en taxant lourdement les boissons sucrées, le tabac, en taxant les héritages.
Si on fait ça, des leaders politiques crédibles vont émerger qui vont eux-mêmes régler les problèmes des gens les plus pauvres dans leur région ou leur commune. Si on fait ça, la pauvreté extrême diminuera. Si on ne fait pas ça, on ira de crise grave en crise grave.
Mohammed Benajoua

■ Marre du raccommodage!
Ces interventions ne peuvent pas trouver de solutions durables, immédiates et pérennes. Interventions de raccommodage, comme dirait l’autre. Il faudrait donc une politique socio-économique de fond, à durabilité stable et déterminante!
Med Souidi

■ Aux grands maux, les grands remèdes!
Ce problème ne date pas de 1 an. Il ne date pas de 2 ans. Il date de 17 ans. C’est énorme. Les 3 questions qu’il faut se poser:
1) La plupart de ces mineurs vont développer des maladies très graves que nous les Marocains allons devoir financer pour les soigner. Pourquoi les autorités sanitaires régionales n’ont pas sonné l’alarme devant la surmortalité?
2) Si la mine est fermée, pourquoi les forces de l’ordre ont laissé faire? Préserver la paix sociale?
3) Des réseaux d’intermédiaires interviennent pour le transporter par camion puis le revendre à des particuliers et des petites entreprises qui ont besoin de combustible. Qui sont ces gens? On ne peut pas coller de lourdes amendes aux entreprises qui achètent du bois ou du charbon sans facture?
Rachid Jazouli

                                                                        

Politique salariale: Une réforme globale pour bientôt

politique-salariale-parlement-082.jpg

«Le gouvernement est déterminé à revoir le système actuel des salaires». Le Chef du gouvernement a décidé de réformer le système de la fonction publique. Commentaires. (cf. flash 27/12/2017)

Retraites des parlementaires: Mettons fin à la rente
Le système des retraites des parlementaires relève du régime obligatoire (loi 53.99), et il est tout à fait légitime que tout citoyen ayant travaillé et cotisé ait le droit à une retraite. Néanmoins, le régime des retraites pour les parlementaires et les ministres contient des relents de rentes de situation, car il n’y a pas de proportionnalité entre leurs cotisations et les pensions perçues sans oublier les conditions d’en bénéficier.
En effet, alors que certains fonctionnaires et employés devraient cotiser entre 20 et 30 ans pour avoir une pension de 5.000 DH, il suffit qu’un parlementaire cotise 2.900 DH par mois pendant cinq ans (durée de son mandat), pour qu’il perçoive une retraite de 5.000 DH à vie, et ce dès la fin de la législature.  Pour rappel, dans les autres systèmes parlementaires étrangers, la retraite est servie aux anciens parlementaires à l’âge du départ légal à la retraite à 60 ou 65 ans, selon les pays.
Lachiri

■ Si seulement...
Franchement 3,21 fois le PIB/habitant! Si au moins le service public était à la hauteur... Espérons que ces nouvelles réformes lieront la productivité à la rémunération comme ce qui se fait dans le privé.
Citoyenne marocaine

                                                                        

Enquête L’Economiste-Sunergia/Langue d’enseignement: Décidément pas d’accord!

Les langues d’enseignement au Maroc. Entre «francisant» et «arabisant», les avis sont partagés. Commentaires. (cf. notre édition du 27/12/2017)

■ L’arabe est magnifique, mais...
Échantillonnage révélateur! 45% de Marocains qui n’ont pas encore compris que l’enseignement des matières scientifiques est d’ores et déjà imprégné du latin (français ou anglais). La langue arabe est magnifique quand elle est poétique, mais pas scientifique!
Laraqui
■ Ni l’un ni l’autre
Dans tous les cas, le multilinguisme reste une qualité et non un handicap. Le handicap c’est de camper sur une langue étrangère qui n’est pas la langue scientifique internationale. D’autre part, les enseignements primaire et secondaire constituent un socle d’information générale dans la société.  Au supérieur, c’est autre chose. Pour l’instant, ce n’est pas le français, ce n’est pas encore l’arabe, mais c’est l’anglais!
Baaziz
■ Arrêtons de sacrifier les enfants pour une fierté mal placée!
Toujours ce débat stérile et inutile puisque nous savons tous que l’arabe n’est plus une langue de science depuis au moins 5 siècles. L’arabe est certes une très belle langue, mais soyons réalistes, elle n’est plus langue de science, mais une langue littéraire. Cela ne nous suffit pas d’avoir massacré pendant ces quarante dernières années les enfants des Marocains en leur enseignant l’arabe jusqu’au bac et le français après pour les perdre?
Ceux qui défendent l’arabe en tant que langue globale savent très bien qu’au Moyen-Orient la langue scientifique est l’anglais. Et pourtant le Moyen-Orient représente la langue arabe.
Ces générations sacrifiées ne suffisent pas encore? Il faut encore d’autres victimes de cet entêtement... Réveillons-nous et arrêtons de sacrifier nos enfants pour une fausse fierté ou pour des calculs mercantiles.
MMR
■ Logique, non?
Entre 45 et 54 ans préfèrent le français parce qu’ils ont fait leurs études en français . Entre 15 à 24 ans préfèrent l’arabe parce qu’ils font leurs études en arabe.
Résultat tout à fait normal: C’est une question de génération!
Bellamine

                                                                        

■ Fast&Furious sur nos routes
Le fait de donner un permis de conduire à un mineur est irrationnel. Le nombre de morts par accidents de circulation au Maroc est de près 3.900. Au cas où les mineurs auront le droit de circuler, croyez-moi, ce nombre va plus que doubler.
Marie

                                                                        

■ Mika: Grosse saisie de la gendarmerie royale
En interdisant les sacs en plastique, le gouvernement a voulu éradiquer un mal. En même temps, il a créé un nouveau problème, celui d’aller chercher d’autres sources de «mika» ailleurs grâce à la contrebande. Il fallait trouver des alternatives.
Simoh

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc