Régions

Haut Atlas: Les tisseuses d’Anguelz exposent à Lyon

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:5172 Le 20/12/2017 | Partager
Spécialisées dans la fabrication de tapis, elles ont percé grâce à l’association Alfenzine
Une designer identifiée pour développer des produits avec les tisseuses d’Anguelz
Prochaine étape, Los Angeles
tisseuses-danguelz-072.jpg

L’exposition de tapis à Lyon vise à montrer les réalisations des tisseuses d’Anguelz en tant qu’œuvres artistiques et non comme de simples marchandises. Une façon originale de faire valoir ce savoir-faire des femmes de la vallée d’Ounila, réputées pour la qualité de leurs tapis en laine (Ph. Alfenzine)

C’est à Lyon, en France, que les tapis confectionnés par une dizaine de femmes tisseuses issues du petit village d’Anguelz, situé dans le Haut Atlas, sont exposés pour la première fois. L’exposition, qui dure jusqu’au 24 décembre, vise à montrer les réalisations de ces femmes en tant qu’œuvres artistiques et non comme de simples marchandises.

Une façon originale de faire valoir ce savoir-faire des femmes tisseuses de la vallée d’Ounila, réputées pour la qualité de leurs tapis en laine. Cette exposition est l’aboutissement d’un travail de longue haleine, entrepris depuis plus de huit ans dans ce petit village du Haut Atlas.

Il s’agit d’une initiative locale, portée par l’association Alfenzine au Maroc, l’association Alfenzine Rezo en France et l’assemblée du village d’Anguelz. Elle fait partie d’un ensemble de projets solidaires au profit du village. «Le projet Alfenzine adopte une approche globale de développement qui agit sur l’ensemble de la communauté dans le cadre de la solidarité internationale.

Il s’agit surtout de cultiver l’idée de réciprocité et de partage de richesse dans les deux sens entre la communauté d’Anguelz et l’ensemble des acteurs solidaires avec le village», explique Warda Houti, présidente de l’association Alfenzine Rezo. Le village d’Anguelz se trouve à une soixantaine de km de Ouarzazate, dans la commune de Telouet, surplombant la vallée verdoyante d’Asif Ounila.

La population est composée de 84 familles dont plusieurs vivaient jusque-là des revenus de leurs membres immigrés à l’étranger. Cette ressource se tarit car ces immigrés arrivent en fin de vie. Et à leur tour, faute d’emploi sur place, les jeunes quittent le village vers les villes, les filles pour travailler comme bonnes, les garçons dans de petits métiers ou tenter un départ vers l’Europe.

Une solution qui a, malheureusement, pour conséquence le vieillissement de la population locale et le délaissement du travail de la terre, ressource essentielle pour la vie au village. Le projet Alfenzine est donc une réflexion locale, appuyée par le réseau des amis de l’association en France dans le cadre de la solidarité internationale, mais avant tout par le potentiel et le savoir-faire des villageois.

tisseuses_danguelz_072.jpg

Les tisseuses reproduisent des tableaux réalisés par des étudiants de l’Ecole nationale du design la Martinière Diderot de Lyon sous forme de tapis (Ph. Alfenzine)

Le premier enjeu de ce projet est de créer des activités génératrices de revenus. C’est ainsi que le tissage de tapis s’est révélé l’activité de choix pour les femmes du village. La valorisation de ce savoir faire permet à ces femmes, dont plusieurs sont encore jeunes, d’être autonomes et de s’assurer un revenu décent leur épargnant de travailler comme des bonnes dans les villes. L’achat de 5 métiers à tisser a déjà permis de lancer une première phase de production en 2012.

Ce que les tapis exposés à Lyon ont de particulier, c’est leur conception inédite. En effet, ces motifs originaux, différents des motifs classiques que l’on connaît des tapis de l’Atlas, sont créés par les étudiants de l’Ecole nationale du design la Martinière Diderot de Lyon. Par l’intermédiaire de l’association Alfenzine, ces modèles sont ensuite tirés sur des feuilles grandeur nature, puis les tisseuses reproduisent des tableaux en utilisant la laine sous forme de tapis.

Afin de garantir un revenu stable aux tisseuses, celles-ci reçoivent des salaires à raison de 1.500 DH par mois. Bien que le tissage pour ce projet se déroule seulement pendant 6 mois sur l’année, les femmes ont au moins un revenu garanti pendant cette période. La vente des tapis se fait par la suite lors des expositions ou par vente directe.

Mais l’aventure des tapis d’Anguelz ne s’arrêtera pas à Lyon. L’association Alfenzine a échangé avec une designer à Casablanca, ayant déjà collaboré avec des enseignes de renom comme Prada, pour voir les possibilités de développement de produits avec le savoir-faire des femmes tisseuses d’Anguelz.

Et dans la continuité, un autre projet de collaboration est mis sur les rails avec une artiste peintre vivant aux Etats-Unis pour reproduire les œuvres de celle-ci sur des tapis. Le projet devrait aboutir à une exposition des tapis des tisseuses d’Anguelz, qui s’envoleront cette fois-ci vers Los Angeles aux USA.

Des produits du terroir made in Anguelz

made_in_anguelz_072.jpg

A côté du tissage, et toujours dans le cadre des projets solidaires du village Anguelz, l’idée de créer une gamme «Produits du terroir» commence à prendre forme depuis le début de 2017. La culture fruitière (pommes, amandes et figues) est excédentaire dans le village et les fruits non consommés sont revendus tels quels ou séchés. Toutefois, la transformation des fruits n’étant pas une activité traditionnelle des femmes du village, l’apprentissage de nouvelles techniques simples, permettront de créer une ligne de produits du terroir. Cette gamme pourra ensuite s’enrichir par des plantes aromatiques séchées, du miel, etc. Pour accompagner cette partie du projet, c’est Sonia Ezgulian, consultante et écrivain lyonnaise spécialiste de l’art culinaire, qui apportera sa touche en devenant la marraine de la ligne produits du terroir d’Anguelz. Une première visite au village cette année lui a permis d’entrer en contact avec la communauté et la réflexion sur les opportunités possibles.

De notre correspondante, Sabrina BELHOUARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc