Entreprises

Al Omrane 4 villes nouvelles et 16 pôles urbains en 10 ans

Par Nadia DREF | Edition N°:5167 Le 13/12/2017 | Partager
Plus de 72,5 milliards de DH d’investissements depuis 2007
Une production totale de plus de 490.000 unités d’habitat
badr-kanouni-al-omrane-067.jpg

Badr Kanouni, président du directoire d'Al Omrane: «Le groupe a joué un rôle majeur dans le développement territorial au service d’une nouvelle reconfiguration urbanistique» (Ph. Archive)

Le groupe Al Omrane fête son dixième anniversaire. Sa création est le fruit de plusieurs réformes menées entre 2004 et 2007. D’abord, il y a eu la refonte institutionnelle des Opérateurs publics de l’habitat (OPH) qui, au terme d’un processus de fusion et filialisation, ont donné naissance au holding d’aménagement Al Omrane.

S'ensuivent  les 7 Etablissements régionaux d’aménagement et de construction (ERAC) qui ont rejoint, en 2007, le holding en tant que filiales régionales, après leur transformation en SA. Depuis, un long chemin a été parcouru.

Le bras armé de l’Etat a choisi de fêter son 10e  anniversaire en publiant le bilan des réalisations ainsi que les faits qui ont marqué cette période, lors d’une journée d’informations réunissant acteurs et partenaires publics et privés ainsi que des invités de marque.

Logements sociaux, habitat moyen standing, recasement de bidonvillois, renouvellement de quartiers, aménagement de pôles urbains, villes nouvelles… tous les programmes ont été passés au crible. «Durant ces dix dernières années, le groupe a joué un rôle majeur dans le développement territorial durable au service d’une nouvelle reconfiguration urbanistique», soutient Badr Kanouni, président du directoire d’Al Omrane.

En 10 ans, le groupe a réalisé un investissement cumulé dépassant 72,5 milliards de DH. Cette enveloppe a servi à la production totale de plus de 490.000 unités d’habitat et près de 1 million d’unités de mise à niveau urbaine. Ces projets d’habitat ont profité à des milliers de prestataires: bureaux d'études, architectes, sociétés de travaux... Ils ont mobilisé des centaines d'opérateurs privés, nationaux et internationaux. Ils ont bénéficié également à près de 5 millions de personnes.

«Ces résultats montrent le rôle de premier plan joué par le groupe tant au niveau du secteur de l’habitat qu’au niveau de l’ensemble de l’économie nationale», fait valoir Badr Kanouni. En matière de développement territorial, le groupe intervient à travers la construction de villes nouvelles et de pôles urbains, l’équipement de zones d’urbanisation nouvelle, la mise à niveau urbaine ou encore  la réalisation d’équipements et d’infrastructures.

En 10 ans, il a lancé 4 villes nouvelles sur une superficie de  près de 4.300 hectares qui devront accueillir à terme plus de 1 million d’habitants. L’investissement global représente à terme 100 milliards de DH. L’expérience des quatre villes nouvelles Tamesna (plus de 38.000 habitants), Tamansourt (plus de 50.000 habitants), Lakhyayta, Chrafate... montre qu’Al Omrane est précurseur en matière d’urbanisation nouvelle. Depuis, d’autres opérateurs comme la CDG et l’OCP se sont engagés à développer de nouvelles villes (Puma et Zenata en l'occurence).

Reste que depuis leur lancement, Tamesna, Tamansourt, Chrafate, Lakhyayta avancent, mais pas toujours au rythme voulu. Crise de l’immobilier oblige et manque d’attractivité ont entravé leur développement. Et ce, malgré les plans de relance lancés par le Ministère de tutelle visant l’injection de financements pour accélérer le déploiement des infrastructures et des équipements publics. Résultats: ces villes n’accueillent depuis que quelques milliers d’habitants, sachant que la plus ancienne d’entre elles n’a que 13 ans.

3.236 hectares dédiés

Pour accompagner la régionalisation, Al Omrane a également lancé, depuis 2007, 16 pôles urbains sur 3.236 hectares. L’Oriental en abrite 3: Aroui à Nador (332 hectares), Isly à Oujda (294 hectares) et Guercif (277 hectares). Au Nord, il y a Ibn Battouta à Tanger (120 hectares), Loukkous à Larache (125 hectares) et Al Hoceïma Sidi Abid (53 hectares). Lancé en 2013, ce dernier projet vise l’aménagement et la viabilisation de 460 lots dont 7 ilots d'habitat social et 324 lots d'habitat collectif, pour un coût global de 459 millions de DH. La ville d’Al Hoceïma a également été dotée du pôle urbain Badis sur 52 hectares. La Région de Fès- Meknès, quant à elle, abrite trois grands pôles urbains. Il s’agit de Riad Al Omrane à Ouislane sur 234 hectares et à Ras El Ma sur 191 hectares d’une consistance de 3.153 lots. Le coût global s’élève à 812 millions de DH. S’y ajoute le pôle Saiss sur 140 hectares du côté de Fès. Dans le Sud, le groupe a lancé les pôles de Zaouiat Sidi Otmane à Ouarzazate (318 hectares), Majd à Tinghir (200 hectares), Taghadirt à Agadir (382 hectares) et Riad Errachidia à Errachidia (78 hectares). Mobilisant un investissement estimé à 327 millions de DH, ce projet devra répondre aux besoins en termes d’habitat de 5.500 ménages. Côté Marrakech, Al Omrane a lancé le pôle Badr à Kalaa Sraghna sur 132 hectares. En 2009, le groupe a donné le coup d'envoi à la première tranche du pôle urbain de Lakhyayta prévue sur 308 hectares. Ce site devra accueillir la ville nouvelle près de Casablanca.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc