Primary tabs

Entreprises

Les cimentiers croisent les doigts

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5158 Le 29/11/2017 | Partager
L’absence de pluies est propice aux ventes
Plus que 2,7 millions de tonnes à écouler pour égaler 2016
cimentiers_croissance_058.jpg

Les ventes de ciment bénéficient du rattrapage post-Ramadan et des effets du dernier Discours royal. Surtout avec les réhabilitations et projets dans les grandes villes

En voilà qui ne prieraient pas pour la pluie! Pour 2017, les cimentiers comptent réaliser à peu près les ventes de ciment de 2016 (14,15 millions de tonnes à fin décembre l’an dernier). Pour y arriver, il va falloir écouler près de 2,7 millions de tonnes au cours des deux derniers mois de cette année. Selon les dernières statistiques du ministère de l’Habitat et de la Politique de la ville, les ventes cumulées de ciment atteignent 11,39 millions de tonnes à fin octobre.

Les producteurs ne sont ni pessimistes ni gourmands. Ils veulent sauver l’année, mais ils restent tributaires de la conjoncture. L’objectif de 2,7 millions de tonnes de ciment à écouler est réalisable, mais sous réserve que les pluies tant attendues ne viennent pas freiner l’élan du secteur. En effet, l’absence d’intempéries rend la période propice pour l'avancement des chantiers de construction. «La demande est assez importante.

Les commandes ont explosé à notre niveau», révèle Ahmed Oussaid, conseiller technique auprès de l’Association marocaine de l’industrie du béton. Les chantiers rattrapent le retard cumulé du fait de l'interruption des travaux pendant les fêtes. Même si la fête de l'Aïd Al Mawlid qui s’annonce va légèrement ralentir les chantiers, plusieurs vont certainement s’arrêter au moins une semaine, ce qui va infléchir légèrement la courbe de consommation du ciment.

L’enjeu des nouvelles dispositions qu’annonce l’entrée en vigueur de la loi de finances 2018, notamment la loi portant sur les terrains non bâtis, commence déjà à freiner les cessions de terrains à bâtir. Ce qui pourrait impacter considérablement les ventes de ciment sur ces derniers mois.

En effet, avec la nouvelle loi, la cession de ce type de terrain serait taxée à 20% peu importe la durée de détention, au lieu d’une taxation variant en fonction de la durée de détention: 20% (moins de 4 ans), 25% (entre 4 et 6 ans), 30% (de 6 ans à plus). Les cédants ont donc intérêt à attendre son adoption avant de réaliser une transaction. Selon le ministère de l’Habitat et de la Politique de la ville, la consommation nationale de ciment (en tonnes) a atteint 1,32 million, soit 0,29% de croissance par rapport à octobre 2016.

Plus de 11,39 millions de tonnes de ciment ont été consommées à fin octobre. Ce cumul s’inscrit en baisse (-3,67%) par rapport à la consommation de la même période en 2016 (11,82 millions). Les régions les plus denses s’offrent la part du lion: Casablanca-Settat arrive en tête avec 294.313 tonnes en octobre (-0,22%), suivie de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma avec 179.407 tonnes (+2,22%).

Rabat-Salé-Kénitra a absorbé 173.430 tonnes (+5,16%). Dans la région de Marrakech-Safi, 164.965 tonnes ont été écoulées (+8,45%), alors que Fès-Meknès a consommé 118.501 tonnes de ciment (-5,38%). La région du Souss-Massa réalise un volume de vente de 118.187 tonnes (+8,33%) suivie de l’Oriental, avec 116.973 tonnes (-1,98%).

En revanche, la région de Dakhla-Oued Eddahab a absorbé le plus faible tonnage, soit 7.327 tonnes (+63,67%). Dans d’autres régions, les mises en chantier ont été timides, notamment à Beni Mellal-Khénifra où 62.482 tonnes de ciment ont été vendus, soit une baisse de 23,93%. Pour sa part, Drâa-Tafilalet a consommé 40.598 tonnes, qui correspondent à une baisse de 23,46% des ventes.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc