Régions

CFG Bank réunit des investisseurs à Marrakech

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5122 Le 09/10/2017 | Partager
500 rencontres en «one-on-one» entre émetteurs et investisseurs étrangers
Objectif: promouvoir Casablanca en tant que hub financier régional

Grosse opération de séduction en faveur des sociétés cotées. La banque d’affaires a tenu à Marrakech la 4e rencontre one-on-one, une sorte de «speed dating» géant entre investisseurs étrangers et émetteurs marocains durant lequel le marché actions marocain s’est offert une visibilité à l’international. Objectif: permettre des échanges francs, directs et détaillés entre investisseurs et émetteurs.

A cette 4e édition, des dizaines de représentants de la finance internationale et de sociétés cotées, d’opérateurs et investisseurs nationaux ont répondu à l’invitation de CFG Bank. Au total, 50 parmi les plus importants fonds d’investissement dans le monde (USA, Afrique du Sud, Royaume-Uni, Emirats arabes unis, Singapour...) ont effectué le déplacement. Ils représentent le tiers des investissements étrangers en action (600 millions de dollars).

Des investisseurs  locaux étaient également présents (OPCVM et compagnies d’assurances). En face, la rencontre a attiré 25 émetteurs et non des moindres en présence de leur top management, à l’instar d’Attijariwafa bank, Mutandis ou encore Marsa Maroc, pour ne citer qu’eux. Le principe est de mettre les deux face-à-face pendant 60 minutes. 

«Ce qui est intéressant dans ce genre de rencontres, très fréquentes dans les grandes places étrangères, est de permettre aux émetteurs, via un contact direct, de mettre en avant leurs secteurs d’activité ainsi que leurs perspectives de croissance», explique Younes Benjelloun, administrateur directeur général de CFG Bank. En plus de leur vocation de donner la visibilité aux investisseurs étrangers sur la Bourse de Casablanca en tant que hub en Afrique, ces one-on-one ont pour ambition de permettre aux investisseurs étrangers de se forger une opinion sur la solidité des entreprises cotées et sur leurs perspectives de croissance ainsi que de préserver le flux d’investissements étrangers sur la Bourse de Casablanca, ajoute Souad Benbachir, administrateur directeur général de CFG Bank.

Cette rencontre intervient dans un contexte globalement favorable pour le marché d’actions porté par un environnement économique plus porteur comme l’atteste l’amélioration récente de plusieurs indicateurs (tourisme, crédits, production des industries).

Pour la banque d’affaires, l’économie marocaine devrait progressivement s’installer dans un cercle plus vertueux grâce, notamment, à la poursuite du redressement de la conjoncture des partenaires européens et la politique budgétaire. Pour CFG Bank, au-delà de l’amélioration de la situation économique, les entreprises cotées continueront de récolter les fruits des efforts réalisés ces dernières années pour diversifier leurs sources de revenu, notamment par la croissance externe en Afrique.

Toutefois, en dépit des indicateurs jugés rassurants, il manque du papier frais sur le marché. «Les entreprises familiales sont encore réticentes et c’est un travail de longue haleine», soulignent les managers du CFG Bank. A noter que la banque d’affaires prévoit son entrée en Bourse d’ici 4 ans.
De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc