Habillage_leco
Politique

Le PJD choisit la fuite en avant

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5082 Le 08/08/2017 | Partager
Le parti ressort la carte de la victimisation
Il serait visé par des forces obscures, selon Benkirane
El Azami appelle les jeunes à «garder le cap» malgré «les déceptions»
benkirane-el-othmani-082.gif

Au moment où le discours du trône plaide pour la modernisation du discours politique, notamment en mettant fin à l’utilisation de certains concepts ayant marqué la scène politique durant le mandat précédent, Abdelilah Benkirane a ressorti les expressions de démons et crocodile, pour évoquer des forces obscures visant son parti (Ph. L’Economiste)

Face aux querelles intestines qui divisent le PJD, les dirigeants du parti de la lampe ont choisi la fuite en avant. Plusieurs observateurs s’attendaient à un duel tendu entre Abdelilah Benkirane, qui n’écarte pas de briguer un 3e mandat, et Saâdeddine El Othmani, également pressenti à la tête de cette formation. La confrontation n’a finalement pas eu lieu. Les deux parties ont choisi de reporter les sujets qui fâchent au congrès national, prévu en décembre prochain. Lors du 13e meeting annuel de la jeunesse du PJD, Benkirane et El Othmani ont multiplié les appels pour «préserver l’unité du parti».

Les deux leaders pjdistes ont ressorti la même stratégie de victimisation. Le chef de gouvernement a avancé que son équipe va «poursuivre les réformes, même si certains essaient de bloquer ce processus». L’état major du PJD ne semble pas en phase avec les orientations du discours du trône. Cela concerne particulièrement la modernisation du discours politique. Au moment où le Souverain a appelé à en finir avec l’utilisation de certains concepts bizarres, Benkirane a ressorti les expressions de crocodile et de démons, pour évoquer des forces obscures qui viseraient son parti.

Il a même appelé à mener une enquête pour déterminer les causes du blocage des négociations pour la formation du gouvernement, qu’il conduisait lui-même. De son côté, El Othmani a opté pour l’approche de son prédécesseur pour diaboliser l’opposition. Le chef de gouvernement n’a pas hésité à attaquer les membres de la Chambre des conseillers, les accusant de bloquer l’action de son équipe, notamment à cause de la lenteur de l’adoption de certains projets de loi.

Globalement, les responsables du PJD ont réussi à éviter l’éclatement des divergences durant cette rencontre de la jeunesse du parti. Surtout qu’une grande partie des jeunes pjdistes est connue pour être en faveur d’un nouveau mandat pour Benkirane. Beaucoup de jeunes de cette formation ne cautionnent pas la majorité formée autour d’El Othmani. D’où la multiplication des appels à la préservation de l’unité et de la solidarité au sein du parti. Idriss El Azami, maire de Fès qui abrite ce meeting, et chef du groupe parlementaire du PJD, a insisté sur l’importance de «garder le cap», malgré «les déceptions et les contraintes», a-t-il dit.
 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc