Habillage_leco
Régions

Tétouan: Idaomar perd son siège

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5045 Le 14/06/2017 | Partager
La Cour constitutionnelle lui reproche d'utiliser des moyens de la mairie dont il est président
Des élections partielles seront organisées dans les 3 prochains mois
mohamed_idaomar_045.jpg

Idaomar a vu son élection invalidée par la Cour constitutionnelle. Il pourra toutefois regagner son siège de parlementaire s’il réussit à s’imposer dans les élections partielles à organiser dans les 3 prochains mois (Ph. Adam)

Les élections législatives continuent de faire parler d’elles à Tétouan avec l’éviction du numéro un du PJD Mohamed Idaomar. La Cour  constitutionnelle vient d’invalider son élection lors des dernières élections législatives du 7 octobre dernier. La Cour reproche à Idaomar la mobilisation des moyens de la commune de Tétouan dont il préside le conseil lors de sa campagne.

Selon l’arrêté de la Cour, ce dernier a utilisé un camion et des barrières, propriété de la commune, pour l’aménagement d’un espace de meeting à la veille du suffrage. Idaomar devait alors accueillir le leader du PJD Benkirane venu épauler son poulain à Tétouan. Une infraction constatée par huissier et qui a valu à Idaomar son siège.

Ce dernier, qui occupe aussi la tête de la mairie de Tétouan, avait été élu le 7 octobre 2016 comme parlementaire de son parti face à une féroce concurrence tant du PAM que du RNI ou même de ses propres rangs. En effet, l’une des figures du PJD, Amin Boukhoubza, l’autre figure locale du parti de Benkirane à Tétouan, avait claqué la porte du parti en se présentant au sein d’une liste indépendante.

Selon la loi électorale, des élections partielles devront être organisées dans les trois prochains mois pour occuper le siège vacant. Mais tout porte à croire que ce sera Idaomar qui le remportera à nouveau faute de concurrents sérieux. Les poids lourds pouvant lui faire face ont déjà été élus en tant que parlementaires, c’est le cas de Rachid Talbi Alami avec le RNI et Mohamed Mellahi avec l’USFP. Son ancien compagnon et actuel concurrent Boukhoubza ne devrait pas pouvoir lui faire face sauf à s’allier avec les autres candidats, un cas de figure très probable à Tétouan où le panorama politique est plutôt centré sur les personnes au lieu des partis.
De notre correspondant,
Ali ABJIOU

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc