Habillage_leco
Régions

Tourisme L’ONMT déploie un arsenal musclé pour Fès

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5043 Le 12/06/2017 | Partager
Allemagne, Belgique, Suisse... matraquage publicitaire de l’Office sur tous les fronts
14 nouvelles dessertes aériennes et la richesse du patrimoine culturel mis en avant
Le tramway d’Amsterdam habillé aux couleurs de Fès...intense forcing sur la communication
onmt-fes-043.jpg

L’ONMT fait le forcing sur Fès. A l’occasion du lancement de 14 nouvelles dessertes, les délégués internationaux de l’Office ont dévoilé le plan d’actions 2017. Presse, TO spécialisé, et transport aérien sont prioritaires (Ph YSA)

L’Office national marocain du tourisme (ONMT) met le paquet sur la ville de Fès. C’est ce qui ressort de la réunion des délégués de l’Office (en Allemagne, Autriche, Suisse, Royaume-Uni, Benelux, Espagne et France), tenu jeudi dernier, en présence des professionnels de la ville.

Réuni à la veille du lancement de 14 nouvelles dessertes aériennes entre Fès et les principaux marchés émetteurs, prévu cette semaine, le staff international d’Abderrafie Zouitene veut repositionner Fès comme destination de city break. «Nous sommes venus chercher du contenu nouveau sur la destination,  présenter le plan d’actions 2017,  et inciter au renforcement de la densité aérienne», explique Hatim El Gharbi, chargé de mission auprès de la direction de l’Office.

«Nous allons inonder les médias des pays émetteurs d’informations sur la destination et notamment sur les monuments fraîchement restaurés… nous les inviterons à réaliser des articles de presse, tournages et émissions», affirme-t-il. Le détail.
 
■ «Français, Espagnols, évadez-vous à Fès!»
Dans le viseur de Mohamed Sofi et Khalid Mimi, respectivement les délégués de l’ONMT pour Madrid et Paris, la promotion de Fès. Le premier redoute la réduction des fréquences de Vueling et Ryanair, mais se dit, en revanche, confiant quand au lancement du Barcelone-Fès. «Nous avons invité des maires, journalistes et TO pour des fun trips en octobre. Sont prévus également, des défilés caftan, workshop, et roadshow sont prévus à Valencia, Almeria et Alicante… en plus de notre participation aux foires et salons», explique Sofi. Même son de cloche auprès de Khalid Mimi qui parle d’une reprise à deux chiffres pour Fès (+40% des Français ont visité Fès en avril). Il préconise les éductours, salons, TO à la carte, mais insiste surtout sur la présence sur le web. «Car, c’est sur la toile que se font plus de 80% des achats de voyages». Dans les médias, les Français sont invités à s’évader à Fès.

■ Fès, sur les radars d’Allemagne, de Suisse et d’Autriche
Pendant plusieurs mois, le grand défi de Karim Harouchi, délégué de l’ONMT pour l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche, était de contrecarrer les amalgames. Aujourd’hui, la situation s’est rétablie. «Le Royaume attire plus de 1,5 million de touristes allemands. Nous tablons sur une hausse de 10% en 2017. Pour y parvenir, des voyages de presse, roadshow, jeux-concours, tombolas à la radio, et soirées de communication et vente, sont au programme», explique Harouchi. Le plan d’actions 2017 prévoit également la participation aux foires et salons, des éductours avec des TO spécialisés des destinations culturelles, des campagnes d’habillage de métros et bus, des tournois de golf, ainsi qu’une promotion web. En outre, l’ONMT actionnera deux leviers pour relayer les informations relatives à la stabilité du pays: les bloggeurs et testimoniaux. La promotion s’appuiera également sur les témoignages des allemands résidents au Maroc. En plus, l’Office tiendra 2 semaines marocaines à Vienne et Zurich. En terme de transport, il faut « mutualiser les efforts sur Air Arabia ». Grâce à cette compagnie, la destination passera de 6 à 8 dessertes en hiver, avec des vols prévus au départ de Berne et Munich. «Fès reste la principale destination culturelle marocaine en Allemagne (2 nuitées et plus). Nous sommes en discussion pour lancer d’autres vols directs avec Cologne et Munich», révèle le délégué de l’Office.
 
■ «Much-mor-fez…»
Chargé des marchés du Royaume-Uni et de l’Irlande, Amine Boughaleb évoque des chiffres très intéressants: chaque année, 70,8 millions des touristes britanniques voyagent dans le monde. 14,68 millions d’entre eux  partent en Espagne et 8,54 millions en France. «Les touristes britanniques dépensent 44 millions de livres sterling. Ils cherchent le soleil et la sécurité», explique le délégué de Londres. Selon lui, «le Maroc met à leur disposition 87 vols hebdomadaires (et bientôt Rabat et Essaouira connectées)». Ce n’est pas fortuit si l’évolution de ce marché est constante depuis quelques années: 6% par an. En revanche, Fès ne profite pas de cette tendance. Bien au contraire, la ville a perdu 32,7% des nuitées des Britanniques. La ville n’en a reçu que 5.200 touristes anglais en 2016, soit la moitié du score qu’elle avait atteint en 2010. Ceci est dû à l’impact direct de la réduction de certains vols (Ryanair). Néanmoins, à partir du 14 juin, Fès sera reliée à Londres, au moins 2 fois par semaine. Pour amorcer la reprise, l’ONMT lance en parallèle des campagnes de communication sur les réseaux routiers, cinémas, salles de fitness et malls. «Nous mettons en avant le produit Maroc sur les réseaux sociaux…Nous venons de créer un site web anglophone «Much-mor-occo»… «Much-mor-fez», souligne Boughaleb.  
 
■ «Much more flight»
À partir du 14 juin, et à l’initiative de l’ONMT et la compagnie Air Arabia, 14 vols supplémentaires devront relier l’aéroport de Fès aux aéroports de Rome (Italie), Strasbourg (France), Londres (Royaume-Uni), Bruxelles (Belgique), Lyon (France), Barcelone (Espagne) et Amsterdam (Pays-Bas), en plus d’une ligne domestique liant Fès à Marrakech à raison de trois vols par semaine. Ce vol interne permettra de diversifier les marchés ciblés et formaliser des produits combinés culturels innovants. Pour l’hiver 2017, de nouvelles destinations seront programmées à partir de l’aéroport de Fès, à savoir Brême, Munich, et Séville.
 
■ Le «Hirak » du Rif plane sur le Benelux
Le Benelux est un marché émetteur estimé à près de 20 millions de touristes. En effet, le Maroc qui a reçu 250.000 et 190.000 touristes respectivement de Belgique et Hollande, veut accroître ses parts de marché. C’est ce qu’affirme Taybi Khettab. Chiffres à l’appui, le délégué de l’ONMT pour le Benelux croit dur comme fer que 2017 est l’année de décollage. Avec + 50% de hausse pour Fès, durant le premier trimestre, ces marchés sont prometteurs. Toutefois, ce qui se passe actuellement au Rif est amplifié par la presse belge et  hollandaise. «Il y a des parasitages et des sit-in qui pourraient nous impacter», déplore Khettab. D’où un forcing sur la communication. «Nous avons réalisé un documentaire sur le tourisme écologique sur “le jardin extraordinaire” d’Ifrane et habillé le tramway d’Amsterdam des couleurs de Fès… à des prix d’accroche de 49 euros», rassure-t-il.

Une démarche concertée

Pour Driss Faceh, président du Conseil régional du tourisme (CRT), «la démarche suivie par l’Office est applaudie par les professionnels… car il y a un timing, un pilotage, des réunions périodiques et un plan d’actions tangible». Choses qui manquaient à la Vision 2020 et au Plan de développement régional du tourisme (PDRT), et dont le suivi était confié au wali. «Ajoutons à ceux-ci, la crise et les amalgames qui ont fait que le PDRT n’a pas abouti», explique Faceh. Selon lui, «pour réussir, il faut redimensionner la Vision 2020». En attendant, il y a de bonnes volontés et l’activité est en marche. Ainsi, Fès (comme les autres destinations du Royaume) a le vent en poupe.  La capitale spirituelle devrait terminer l’année avec une hausse des arrivées de 30 à 40%. «Il faut profiter de l’occasion pour améliorer le produit, le service (formation), l’image et l’animation», conseille le président du CRT.

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc